Hidalgo veut "faire baisser la pollution à Paris dès cette année"

  • A
  • A
Partagez sur :

Avec la canicule, un pic de pollution est actuellement observé en Île-de-France. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a bien l'intention de la faire reculer. 

INTERVIEW

Les Parisiens sont-ils condamnés à mal respirer dès qu'il fait beau ? Conséquence des très fortes chaleurs qui s’abattent depuis deux jours sur la capitale, la pollution à l’ozone a atteint un pic mardi à Paris. Elle devrait se poursuivre dans les jours qui viennent. "Je veux faire baisser la pollution à Paris dès cette année", a annoncé la maire de la capitale, Anne Hidalgo, mercredi sur Europe 1. 

"Interdire les véhicules les plus polluants" dès le 1er septembre. "Sur la pollution, il y a des mesures" à prendre, a expliqué Anne Hidalgo. "Je l'ai déjà dit, je veux faire reculer le diesel. Je veux faire baisser la pollution à Paris dès cette année. Puisque la la loi de transition énergétique vient d'être adoptée, je vais pouvoir dès le 1er septembre interdire à la circulation des autocars, des bus, des cars les plus polluants. Pendant toute cette année, nous mettons en place des mesures de substitution aux véhicules diesel et aux véhicules polluants". 

Et la circulation alternée ? "Une réunion est prévue à la préfecture de police avec le préfet de région pour décider des mesures qu'il faudra prendre", a annoncé Anne Hidalgo. "Si les mesures de qualité de l'air sont mauvaises et s'il y a nécessité de prendre des mesures de restriction, je suis pour qu'on les mette en place". "On a déjà mis en place le stationnement résidentiel gratuit", a également rappelé la maire de Paris. "J'ai aussi demandé qu'on puisse agir plus facilement et plus directement", "sans attendre forcément la décision d'un ministre". 

La Tour Triangle, "pas un site pour les logements". Le Conseil de Paris a approuvé mardi à une courte majorité le nouveau projet de Tour Triangle. Dans ce projet immobilier, il n'y aura que des bureaux, un hôtel, une crèche mais aucun logement ? "Ce n'est pas un site pour des logements", a assumé la maire de Paris. "On est au milieu du parc des expositions. C'est une place économique et d'ailleurs on n'a pas le droit d'y faire des logements". Et de renchérir : "on entend souvent dire qu'il y a un surplus de bureaux à Paris. C'est faux". 

Le conflit des taxis peut-il nuire à la candidature de Paris 2024 ? Alors que la ville de Paris s'est lancée officiellement dans la course aux Jeux olympiques de 2024, la maire de Paris doit déjà faire face au conflit entre les chauffeurs de taxi et les VTC. Un conflit qui pourrait inquiéter certains touristes. "C'est un problème mondial, pas seulement un problème parisien", a tenu d'abord à rappeler Anne Hidalgo. "Bien sûr que je condamne ces violences, c'est inadmissible". Et d'évoquer quelques pistes pour les visiteurs qui viendront dans la capitale : "contrairement à beaucoup d'autres villes, les touristes à Paris peuvent se déplacer avec les transports en commun qui sont très, très sûrs. On a le réseau de métros le plus dense dans une grande ville". 

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Anne Hidalgo :