Henry Hermand, l'homme de l'ombre d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
Henry Hermand, l'homme de l'ombre d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron a démissionné mardi après-midi@ AFP
Partagez sur :

Cet homme d'affaires conseille le désormais ex-ministre de l'Économie depuis plus de dix ans. Europe 1 a rencontré en exclusivité celui qui appuie par tous les moyens une candidature de Macron en 2017.

EXCLUSIF

Une parole publique rare, de nombreux conseils en privé. Henry Hermand est de ces hommes de coulisses, qui se gardent bien de prendre la lumière mais savent parfaitement comment placer leurs poulains sous les feux des projecteurs. Cet homme d'affaires, qui a bâti sa fortune de multimillionnaire dans la grande distribution, est aujourd'hui le mentor d'Emmanuel Macron. Et alors que son protégé a annoncé, mardi, sa démission du ministère de l'Économie, Henry Hermand ne le voit désormais nulle part ailleurs qu'à l'Élysée.

"L'homme de l'ombre". Emmanuel Macron n'est pas la première personnalité politique soutenue par Henry Hermand. Avant lui, Pierre Mendès-France et Michel Rocard avaient déjà pu bénéficier de l'appui précieux de cet homme aujourd'hui âgé de 92 ans, cheveux blancs et regard bleu vif, qui reçoit dans ses bureaux spacieux du 8e arrondissement de Paris, près des Champs-Élysées. "Je lui apporte mon expérience, des années de vie politique", explique-t-il. "Je suis un peu l'homme de l'ombre." Celui qui "évite de trop parler de [lui]" et "donne des idées". 

Le parrain. Henry Hermand et celui qui deviendra son champion se sont rencontrés en 2002, à la préfecture de l'Oise. Emmanuel Macron, qui n'a alors pas 25 ans, y est en stage pour ses études à l'ENA. L'homme d'affaires, natif du département, a créé la zone commerciale de Creil Saint-Maximin, la plus grande de Picardie. Les deux hommes se rejoignent sur la philosophie et l'économie, le coup de foudre est immédiat. Très vite, Henry Hermand devient comme un parrain, proche au point d'être le témoin de mariage d'Emmanuel Macron en 2007. La rumeur veut qu'aujourd'hui, le désormais ex-ministre de l'Économie ne prenne plus une décision sans consulter le nonagénaire.

Appui logistique. Ils ont évidemment "parlé" de sa démission, confie Henry Hermand. Qui, depuis plusieurs mois, ne ménage pas ses efforts pour appuyer les ambitions présidentielles de son poulain. "Je lui ai fait rencontrer les milieux d'affaires. Des réunions, il en a eu en Angleterre. J'ai une certaine expérience de l'entreprise, j'ai créé 100.000 emplois dans le monde. Je peux en créer quelques dizaines au service d'Emmanuel Macron." Le mentor prête également ses bureaux à En Marche!, le mouvement politique que l'ancien ministre de l'Économie disait, le 12 juillet dernier, vouloir porter "jusqu'en 2017, jusqu'à la victoire"

Entendu sur Europe 1
J'ai une certaine expérience de l'entreprise, j'ai créé 100.000 emplois dans le monde. Je peux en créer quelques dizaines au service d'Emmanuel Macron.

"Il faut aller plus loin". Si Emmanuel Macron n'a pas profité de sa démission pour officialiser une candidature à la présidentielle, Henry Hermand n'a aucun doute là-dessus. Son protégé va y aller, entouré d'une garde rapprochée qui se précisera "dans les jours et les semaines qui viennent". L'homme d'affaires voit bien "un comité politique d'une douzaine de personnes, avec une majorité d'élus et quelques représentants de la société civile". "La démission est une étape franchie", souligne-t-il. "Il faut aller plus loin, et aller plus loin c'est tenter une aventure présidentielle jusqu'au bout, même en sachant qu'il prendra des coups."

Pas comme Rocard. Des coups, le nonagénaire est prêt à en prendre lui aussi pour faire (enfin) triompher cette "deuxième gauche", à tendance sociale-libérale, qu'il a toujours soutenue. Pour Henry Hermand, 2017 pourrait être l'année de la revanche sur son plus grand traumatisme si Emmanuel Macron l'emportait là où son ami, Michel Rocard, avait échoué.