Habitat indigne : Jean-Claude Gaudin en appelle à l'État "pour que la réglementation évolue"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, particulièrement critiqué depuis l'effondrement de deux immeubles qui ont fait au moins six morts, appelle jeudi l'État à faire évoluer la réglementation pour faciliter et accélérer les procédures contre l'habitat indigne.

Cible de nombreuses critiques depuis l'effondrement de plusieurs immeubles vétustes à Marseille lundi, le maire LR de la ville Jean-Claude Gaudin en a appelé jeudi à l'Etat "pour que la réglementation évolue pour faciliter et accélérer" l'action publique en matière de lutte contre l'habitat indigne.

Des procédures de réhabilitation "longues, complexes et coûteuses". "Depuis plus de 20 ans, nous sommes porteurs avec mon équipe d'une ambition et d'une exigence fortes pour la rénovation de l'habitat ancien et indigne" à Marseille, a martelé le maire au cours d'une conférence de presse, estimant que "l'heure [n'était] pas aux polémiques et à l'expression d'intérêts particuliers". 


"Des milliers de logements sociaux ont été démolis, reconstruits et réhabilités depuis 2005", a poursuivi l'élu. "Le chantier reste immense, bien sûr", a-t-il reconnu. "C'est un domaine qui implique un très grand nombre d'acteurs publics et privés, qui fait appel à des procédures terriblement longues, complexes et coûteuses", a poursuivi le maire : "Certains savent les utiliser au détriment de l'intérêt collectif".

Un appel à l'État pour que "la réglementation évolue". "C'est un habitat qui est en outre majoritairement privé", a-t-il rappelé : "L'intervention publique doit se confronter à des réglementations protectrices de la propriété". "J'en appelle à l'État pour que la réglementation évolue, pour faciliter et accélérer l'action publique", a-t-il conclu.


Six corps ont déjà été retrouvés dans les décombres de bâtiments effondrés, et les autorités estiment que deux autres personnes pourraient avoir été ensevelies dans la catastrophe.