L'affaire Fillon-Jouyet est "d'une extrême gravité", juge Guéant

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle de Nicolas Sarkozy était l'invité politique d'Europe 1, lundi.

Alors que le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, est dans la tourmente, l'un de ses prédécesseurs à ce poste sous Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, lundi sur Europe 1. "C'est une affaire d'une extrême gravité sur le plan politique, qui doit être tirée au clair", a-t-il déclaré à propos de l'affaire Jouyet-Fillon. "Ça peut être un scandale d'Etat, mais c'est selon ce que nous apprendrons dans les heures et jours qui viennent, je l'espère".

>> LIRE AUSSI - Le week-end (très) compliqué de Fillon et Jouyet

Il demande la publication de l'enregistrement. Comment savoir qui, de François Fillon ou Jean-Pierre Jouyet, dit la vérité à propos de leur déjeuner de juin dernier, lors duquel l'ex-Premier ministre aurait demandé au numéro 2 de l'Elysée de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy ? "A mon sens, il y a deux choses à faire. D'abord, il faut que les deux journalistes du Monde publient de façon intégrale l'enregistrement de la conversation qu'ils ont eue avec Jean-Pierre Jouyet", a affirmé Claude Guéant. L'ancien ministre de l'Intérieur estime aussi que le témoin de ce déjeuner doit parler : "il y avait un troisième participant à ce fameux déjeuner du 24 juin dernier, Antoine Gosset-Grainville, qui est l'ancien directeur adjoint du cabinet de François Fillon à Matignon. Lui pourrait apporter son témoignage. Il sait ce qui s'est dit".

>> LIRE AUSSI - Affaire Fillon-Jouyet : il est l'homme clé

"Les deux journalistes ont leurs entrées à l'Elysée". Qui a révélé en premier la conversation entre les deux hommes ? Je ne vois pas François Fillon révéler l'existence de ce déjeuner, parce que ça aurait été pour lui se tirer une balle dans le pied, il imaginait bien les conséquences que nous constatons aujourd'hui", a estimé Claude Guéant. L'ancien ministre préfère pointer le doigt vers la présidence de la République : "en revanche, l'Elysée pouvait révéler cela, d'autant que les deux journalistes en question, c'est de notoriété publique, ont leurs entrées à l'Elysée, ont dit qu'ils faisaient un livre sur le président de la République".

>> LIRE AUSSI - Affaire Fillon-Jouyet : "tout le monde ment"

"Une structure qui utilise les affaires judiciaires" à l'Elysée. La demande qu'aurait adressé François Fillon à Jean-Pierre Jouyet prouverait-elle que l'Elysée intervenait auprès de la justice sous le quinquennat Sarkozy ? "Je peux témoigner qu'il n'y avait pas de 'cabinet noir' à notre époque", a assuré Claude Guéant. Actuellement, "je ne sais pas s'il y a un cabinet noir, mais il y a à l'évidence une structure, je ne veux pas la qualifier autrement, qui utilise les affaires judiciaires", a-t-il poursuivi. "Il me semble tout à fait évident que toutes les révélations viennent à point nommé dans le calendrier politique".