Fusion des listes aux régionales : Aubry s'oppose à Valls

  • A
  • A
Fusion des listes aux régionales : Aubry s'oppose à Valls
@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

La maire de Lille n'apprécie pas du tout l'idée de Matignon de fusionner les listes de gauche avec celle des Républicains pour barrer la route au FN. 

INFO EUROPE 1

Comme l'a révélé Europe 1, le Premier ministre Manuel Valls plaide pour une fusion des listes de gauche avec celle des Républicains dans l'hypothèse où le FN arriverait largement en tête au deuxième tour des régionales dans la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est donnée favorite. Et cela ne plaît pas du tout à Martine Aubry.

"On voudrait faire gagner le FN qu'on ne s'y prendrait pas autrement". Interrogée sur cette piste par Europe 1, la maire de Lille est sans équivoque : "c'est une très bonne idée, on voudrait faire gagner le FN qu'on ne s'y prendrait pas autrement". Voilà Manuel Valls renvoyé dans les cordes... Quant à Pierre de Saintignon, la tête de liste PS dans la région, il confie en avoir "assez" et demande au Premier ministre "d'arrêter de tenir des propos qui nuisent à sa campagne". 

Du côté des Républicains, on est sur la même logique. Une fusion avec la liste socialiste ? "Non, non et non", répond l'équipe de Xavier Bertrand, le candidat LR. "Valls ne se rend pas compte que ça nous coûte des voix à nous, et qu'il tire une balle dans le genou de son candidat", confie un proche du candidat à la primaire.

"En parler maintenant, c'est ouvrir un boulevard à Marine Le Pen". Bref, dans le Nord, l'idée du Premier ministre n'emballe pas grand monde, et c'est un euphémisme. A l'Elysée, officiellement, on ne se mêle pas des élections. Mais un conseiller fait tout de même remarquer que le but est de "réussir le premier tour et donc pas de décider a priori ce que le PS fera". Signe que l'Elysée et Matignon ne sont pas du tout sur la même ligne...

Du côté de Nicolas Sarkozy, on s'étonne d'une idée "folle". Et de conclure : "en parler maintenant, c'est ouvrir un boulevard à Marine Le Pen".