François Hollande réfléchit à la suppression du poste de Premier ministre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Convaincu que les institutions ne sont plus adaptées au rythme du quinquennat, le chef de l'Etat veut faire de la réforme de la Ve République l'un des enjeux de la présidentielle de 2017.

A l'approche de 2017, François Hollande tire les premiers enseignements de son mandat. Et l'un d'entre eux est clair : "réformer sous le quinquennat, c'est long, et c'est double", explique le chef de l'Etat en privé. Comprendre : les textes sont impulsés par un président et un Premier ministre puis votés par deux chambres, l'Assemblée et le Sénat. Les réformes prennent donc du temps : six mois minimum de la présentation d'une loi à sa promulgation, et près d'un an avant d'en ressentir les effets. Des délais propices à la contestation, aux fractures, aux manifestations comme l'ont montré le Mariage pour tous, la loi Macron et plus récemment la loi Travail

"Tout remonte au président". Le chef de l'Etat compte donc faire de la réforme de la Ve République l'un des enjeux de la prochaine élection présidentielle. Et son projet est ambitieux. D'abord, il n'y aurait plus qu'une seule chambre pour voter la loi : l'Assemblée nationale, le Sénat devenant une sorte d'assemblée des collectivités locales. Mais surtout, plus qu'une seule tête de l'exécutif, en la personne du président de la République. Exit, donc, le Premier ministre. "Tout remonte au président", argumente en privé François Hollande. Qui semble donc considérer que les allers-retours entre Matignon et l'Elysée font perdre du temps et de la clarté.

Rendre le pays plus gouvernable. François Hollande n'est pas le premier à formuler cette idée. Alors qu'il était à Matignon, François Fillon avait également suggéré une suppression du Premier ministre, pour laisser le président gouverner face à une Assemblée nationale au pouvoir renforcé, qui ne pourrait plus être dissoute. La proposition est-elle réaliste ? En tous cas, elle ne peut être soumise aux Français que dans le cadre d'une élection présidentielle. Le défi consistera à démontrer aux électeurs que cela rendrait le pays plus gouvernable, et donc plus efficace.

Concentration du pouvoir. Principale reproche possible : l'élimination du Premier ministre peut donner l'impression d'une concentration du pouvoir entre les mains d'un seul homme, en la personne du président de la République. La problématique ne date pas d'hier : elle avait été soulevée par Georges Pompidou dans son ouvrage testament, Le Noeud Gordien. Lorsqu'il évoque le chantier des institutions, c'est d'ailleurs à ce livre que se réfère François Hollande.