Fleur Pellerin : "Christiane Taubira devait clarifier sa position"

  • A
  • A
1 partage

DÉMISSION - La ministre de la Culture a estimé jeudi sur Europe 1 que le départ de la garde des Sceaux était "bienvenu" pour elle comme pour le gouvernement.

INTERVIEW

"C'est une question d'éthique personnelle." Pour la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, la démission de Christiane Taubira du ministère de la Justice était "nécessaire", même si ce n'est "pas une bonne nouvelle". "Elle devait clarifier sa position. La déchéance de nationalité heurtait profondément ses convictions", a rappelé Fleur Pellerin sur Europe 1 jeudi. "Cette clarification est bienvenue pour elle comme pour le gouvernement."

"De la place pour le débat". Pour la ministre de la Culture, l'ancienne garde des Sceaux, "connue pour ses convictions, sa fidélité à ses idéaux", n'avait "pas d'autres choix" que de démissionner. Mais Fleur Pellerin a nié toute fermeture de l'exécutif aux opinions divergentes. "Il y a de la place pour le débat en conseil des ministres", a-t-elle assuré. "Il est naturel que, lorsque nous sommes 28, nous n'ayons pas le même avis sur tout, tout le temps. La consigne, c'est la cohérence, la solidarité."

L'occasion d'un débat sur la nation. Pour sa part, Fleur Pellerin s'est dite favorable à la déchéance de nationalité pour les binationaux convaincus de terrorisme. "Je considère que c'est une bonne mesure, le président de la République a bien fait de l'inclure dans la révision constitutionnelle." Mercredi, l'exécutif a présenté une nouvelle version de sa révision constitutionnelle, dans laquelle il ne fait aucune mention à la binationalité. Mais dans les faits, seuls les binationaux seront visés, la France ayant ratifié des textes qui empêchent de créer des personnes apatrides. La ministre de la Culture ne voit pas dans cette mesure un moyen efficace de lutter contre le terrorisme, mais "l'occasion d'un débat sur ce qu'est la nation". "Je crois qu'il est extrêmement intéressant de poser ces questions là car ce débat n'appartient pas à la droite ou à l'extrême droite", a-t-elle expliqué. "La gauche a une vision politique de la nation, qui est aussi une adhésion à un projet collectif."

>>Retrouvez l'interview de Fleur Pellerin en intégralité :


Christiane Taubira, Najat vallaud-Belkacem...par Europe1fr