Évasion de Redoine Faïd : "Je ne prétends pas qu'il n'y a pas eu de défaillance", commente Nicole Belloubet

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Nicole Belloubet a assuré sur Europe 1 lundi matin que l'inspection générale de la justice allait enquêter sur les éventuelles défaillances qui ont permis l'évasion de Redoine Faïd.

INTERVIEW

Quelque 2.900 policiers et gendarmes sont actuellement mobilisés sur le territoire national pour tenter de rattraper Redoine Faïd. Le braqueur récidiviste de 46 ans s'est évadé de manière spectaculaire, par hélicoptère, de la prison de Réau en Seine-et-Marne, dimanche matin. L'homme, figure du grand banditisme, est coutumier du fait. Il y a cinq ans, il s'était déjà évadé de sa prison de Lille-Séquedin, et avait exprimé, depuis sa réincarcération, sa volonté de sortir à nouveau.

Un lieu non protégé, "extrêmement étroit". Invitée de la Matinale d'Europe 1, la garde des Sceaux Nicole Belloubet ne peut que constater avec quelle habileté Redoine Faïd et ses complices sont parvenus à organiser cette évasion, au nez et à la barbe de l'administration pénitentiaire. "Nous sommes manifestement face à un commando très bien préparé, très bien organisé. L'hélicoptère s'est posé sur le seul espace -  extrêmement restreint - qui existait dans cette prison, et qui n'était pas pourvus de filins anti-hélicoptère", note la garde des Sceaux. Alors pourquoi cet endroit n'était pas protégé ? "C'était la cour d'honneur et il n'y a aucun prisonnier qui circule sur ce lieu. Il n'y avait pas de raison particulière d'y mettre des filins, mais il y en a partout ailleurs. Même les hélicoptères du RAID ne se posent pas sur ce lieu-là, car c'est extrêmement étroit et risqué", rétorque Nicole Belloubet.

Changer régulièrement les détenus dangereux de prison. Redoine Faïd, dont on connaissait le désir d'évasion, le foisonnant réseau et l'extrême dangerosité, a-t-il été sous-estimé par l'administration pénitentiaire ? Le braqueur, condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour un braquage raté dans le Val-de-Marne, qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet, a "un profil très lourd", et était "gardé dans des conditions très sécuritaires", commente la ministre. "Il a fallu manifestement beaucoup d'inventivité, et une forme de volonté farouche pour parvenir à cette évasion", poursuit-elle. "Dès lors, il faut que nous soyons attentifs à ne pas laisser les mêmes profils dans les mêmes lieux. Sans doute faut-il qu'il y ait une rotation un peu plus fréquente", avance Nicole Belloubet.

"Porter remède" aux éventuelles défaillances. "J'ai demandé à ce qu'une mission de l'inspection générale de la justice se rende sur place dès aujourd'hui (lundi) et puisse voir comment les mesures de sécurité passives aient été défaillantes. Je ne prétends pas qu'il n'y a pas eu de défaillance. Il y en a peut-être une. Si c'est le cas, nous y porterons remède immédiatement", a assuré la ministre de la Justice. "Il faut que nous prenions toutes les mesures pour que des événements de cette nature ne se reproduisent pas. C'est l'objet de la mission d'inspection que j'ai demandée". Les conclusions de cette enquête devraient, selon la ministre, être rendues "très rapidement", "sans doute dans le mois qui vient".

Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête en flagrance des chefs d'évasion en bande organisée et d'association de malfaiteurs confiée à la DCPJ.