Estrosi : "Une légitimité extraordinaire pour Sarkozy"

  • A
  • A
Estrosi : "Une légitimité extraordinaire pour Sarkozy"
@ Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député-maire de Nice se félicite du score de l'ancien président, mais surtout du fort taux de participation au scrutin.

L’INFO. Nicolas Sarkozy a, comme attendu, été réélu samedi soir président de l’UMP. En revanche, le score de l’ancien chef de l’Etat, lui, constitue une petite surprise. Car avec « seulement » 64% des voix, Nicolas Sarkozy n’a pas écrasé la concurrence, loin de là, et Bruno Le Maire, fort de ses 29%, peut lui aussi se considérer comme gagnant du scrutin. Une analyse que réfute Christian Estrosi, proche du nouveau patron de l’opposition, invité dimanche matin d’Europe 1.

>> A LIRE AUSSI - UMP : Nicolas Sarkozy de retour aux commandes

"Sarkozy a obtenu 40.000 voix de plus qu’en 2004." "Maintenant, il faut se mettre au travail, pas de triomphalisme !", a lancé Nicolas Sarkozy à ses proches juste après la victoire, selon son ancien ministre. Une fête modeste qui s’explique par un score modeste ? "J’ai toujours pensé que nous serions autour de ce score-là. Deux électeurs sur trois ont voté pour lui ! C’est une légitimité extraordinaire", a-t-il estimé. "C’est un succès car il n’y a jamais eu une si forte participation et parce que Nicolas Sarkozy a obtenu 40.000 voix de plus qu’en 2004."

>> A LIRE AUSSI - UMP : la bonne opération d'Alain Juppé

"Il va rencontrer tout le monde". Le tout nouveau président de l’UMP va désormais devoir rassembler sa famille politique, et cela sera tout sauf une partie de plaisir. "Je connais sa volonté de tendre la main, de partager. Il a tiré des conséquences sur ce qu’il a pu commettre comme erreur. Il le démontrera par des gestes forts. Il va rencontrer tout le monde et veillera à ce que chacun se sente à sa place."

"La primaire est une évidence !" Quant à la primaire que l’UMP devra organiser en 2016 pour désigner son candidat en 2017 - et que les adversaires de Sarkozy surveillent attentivement -, Christian Estrosi assure qu’elle aura bien lieu : "cela n’est même pas un débat. La primaire est une évidence !" Sera-t-il lui-même candidat ? "J’avais annoncé au printemps dernier - avant le retour de Sarkozy - que j’irai car j’ai des idées à porter. Mais l’élection n’est pas en 2015, pour le moment je veux accompagner Sarkozy dans la reconstruction. Lui-même n’a pas encore dit qu’elles étaient ses intentions pour 2017 donc attendons de savoir !"

>> L’intégralité de l'entretien :