EN IMAGES - Salon de l'agriculture : une prise de bec et une poule en cadeau, la journée de Macron

Partagez sur :

EN IMAGES - Emmanuel Macron a déambulé pendant douze heures dans les allées du salon de l'Agriculture 2018, battant ainsi le record de temps passé sur place établi par François Hollande.

Le président de la République a terminé sa journée marathon au salon de l'Agriculture de la porte de Versailles à Paris, samedi. En restant douze heures sur place, il a battu le record de son prédécesseur François Hollande. Entre une prise de bec avec un agriculteur, des dégustations des divers produits régionaux et une poule reçue en cadeau, Europe 1 revient en images sur cette journée auprès des agriculteurs.

Une prise de bec avec un agriculteur. Arrivé avant l'ouverture au public du salon, Emmanuel Macron a rencontré les principaux acteurs institutionnels de l'agriculture française avec Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture. Après une première heure sous les meilleurs auspices, le président de la République été sifflé pendant une dizaine de minutes à l’approche du stand d’Interbev, l'association nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes. Il a ensuite eu un vif échange avec un agriculteur notamment sur le glyphosate.

>> Retrouvez l'essentiel de la journée d'Emmanuel Macron au salon de l'Agriculture

Une poule baptisée Agathe. Sa visite s'est poursuivie dans le hall accueillant des animaux. Au niveau du stand des Fermiers de Loué, le directeur général Yves de la Fouchardière a offert au président la poule qu'il avait dans les bras. "Allez, je l'adopte. Hop ! On l’emmène", a répondu le chef de l'État, empoignant le gallinacé pour le plus grand plaisir des photographes. Baptisé Agathe, le volatile sera, pour son bien-être, rejoint par une seconde poule, a précisé un peu plus tard auprès de BFMTV Yves de la Fouchardière.

Des sanctions financières contre Lactalis. Interpellé par l'association des familles des victimes du lait contaminé aux salmonelles, le chef de l'État a promis des "sanctions financières". Poursuivant sa visite, il a répondu à un cheminot qui s'inquiétait de la réforme annoncée sur son statut. "Je ne peux pas avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite, et de l'autre avoir un statut cheminot et ne pas le changer", a annoncé Emmanuel Macron.