En 2015, Alain Juppé joue la carte "proximité"

  • A
  • A
En 2015, Alain Juppé joue la carte "proximité"
@ AFP
Partagez sur :

SUR LE TERRAIN - Le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de l'UMP se rend mercredi à Branges, en Saône-et-Loire. A rebours de son image citadine et branchée.

Rendez-vous est donné mercredi soir à la salle du Marais de Branges, 2.400 habitants. C'est cette petite ville de Saône-et-Loire qu'Alain Juppé a choisie pour son premier déplacement de l'année. Le maire de Bordeaux s'y rend à l'occasion des vœux de l'un de ses proches, l'eurodéputé UMP Arnaud Danjean, originaire de la région. Au programme : entretiens avec des acteurs économiques, allocution devant des militants et dîner avec des élus locaux.

A rebours de son image. Ce type de déplacement, Alain Juppé compte le rééditer à de nombreuses reprises en 2015. Une manière de parler à une France rurale, loin de l'image citadine, voire bobo, souvent accolée à l'ancien Premier ministre. A Branges, "beaucoup de gens vont découvrir Juppé", sourit Arnaud Danjean, contacté par Europe 1. Même si l'accueil n'aura rien d'hostile, assure-t-il : "c'est un territoire qui a été tenu par la gauche pendant une décennie, et dont la droite modérée a entrepris la reconquête, à travers des alliances UMP-UDI". Tout un symbole pour celui qui prône un rassemblement de la droite et du centre en vue de la primaire à laquelle il est candidat.

>> LIRE AUSSI - Primaire UMP pour 2017 : Juppé en campagne dès janvier

Aller sur des terres plus "compliquées". Le cru Juppé 2015 sera donc celui de la proximité. "Sa démarche est de prendre le pouls du pays", poursuit Arnaud Danjean. "Dans l'avenir, ses déplacements seront construits autour de thématiques", explique le député UMP Benoist Apparu, l'un des rares membres du premier cercle juppéiste. Et ces visites se dérouleront autant que possible ailleurs qu'entre Paris et Bordeaux. Apprécié par l'électorat modéré du grand Ouest, Alain Juppé veut en effet pousser ses pions vers l'est, sur "des terres plus compliquées, en souffrance, où la sociologie politique est différente", résume Apparu.

Juppé AFP 1280

© AFP

"S'il fait un déplacement par semaine, il est mort dans six mois". Mais Alain Juppé mise aussi sur la discrétion. Son équipe ne révèle pas son calendrier, car il compte aller au contact des Français sans micro ni caméra. Le rythme non plus ne sera pas celui d'une campagne électorale. Car, comme tous ses rivaux à l'UMP, Alain Juppé est confronté à la délicate question de la gestion du temps : il reste plus de deux ans avant l'élection présidentielle. "2015 est une année de transition", juge Benoist Apparu. "Si Juppé se met à faire un déplacement par semaine, il est mort dans six mois. La montée en puissance sera graduelle". "On sera sur un rythme de deux ou trois déplacements par mois", estime Gilles Boyer, le conseiller politique du maire de Bordeaux. Mais celui-ci compte prendre son temps pour chaque visite, quitte à passer la nuit sur place au besoin.

>> LIRE AUSSI - A l'UMP, la primaire est sur les rails

Sarkozy aussi fait du terrain. Coïncidence ? Le lendemain du déplacement d'Alain Juppé à Branges, son adversaire Nicolas Sarkozy se rendra lui aussi dans la ville d'un proche, celle de son ex-porte-parole Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, dans le Nord. Une visite en "immersion", comme le vend son entourage, sa première depuis qu'il a été élu à la tête du parti. Les deux principaux prétendants à l'investiture présidentielle de l'UMP se jaugeront donc à distance. Même si Nicolas Sarkozy a tenu à éviter un clash dès le début de l'année. Selon L'Opinion, l'ancien chef de l'Etat devait initialement se rendre jeudi à Chalon-sur-Saône, une ville située en… Saône-et-Loire. Un déplacement finalement annulé pour ne pas télescoper celui d'Alain Juppé. L'heure de la confrontation viendra bien assez tôt.

>> LIRE AUSSI - Juppé : "Avec Sarkozy, on est amis pour toujours"