EELV : Emmanuelle Cosse déplore un "spectacle assez lamentable"

  • A
  • A
EELV : Emmanuelle Cosse déplore un "spectacle assez lamentable"
@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

Aucune décision n’a été prise samedi après-midi, à l’issue du colloque réunissant les "pro" gouvernement pour faire entendre leur voix, au risque d'aggraver encore la crise ouverte au sein d'EELV.

Tous les partisans d'un retour aux manettes gouvernementales ont participé à ce colloque, tenu devant 250 personnes, samedi après-midi, à l'Assemblée nationale. Le patron des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé, les coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale, François de Rugy et Barbara Pompili, le vice-président de l'Assemblée nationale, Denis Baupin, étaient présents. Tout comme Jean-Luc Bennahmias, président du Front Démocrate, Corinne Lepage, présidente du Rassemblement Citoyen - CAP 21, Antoine Waechter, président du MEI, et Yves Pietrasanta, président de Génération Ecologie.

"Un spectacle assez lamentable" donné par les écolos. Europe Ecologie-Les Verts est au bord de l’implosion, Emmanuelle Cosse le sait. La patronne des Verts a tenté, samedi après-midi, tant bien que mal, de tenir les deux bouts de la chaîne entre les "pro" gouvernement, tels Jean-Vincent Placé, et les "anti" gouvernement, comme Cécile Duflot qui était la grande absente samedi. "Je suis ici pour vous dire combien je pense que l’écologie se meurt dans ces chamailleries, dans ces divisions, à un moment où la lutte écologiste n’a jamais été aussi nécessaire. Il est essentiel que l’on casse le jeu mortifère où l’on laisse entendre qu’on est plus écolo que son voisin", a déclaré la secrétaire nationale du parti, déplorant "un spectacle assez lamentable" donné par les écolos.

Un appel à la responsabilité qui ne résout pas la crise existentielle que les Verts sont en train de traverser. Cette crise que traverse Europe Ecologie-Les Verts (EELV) depuis que les écologistes ont décidé de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls, il y a un an, s'est aggravée ces dernières semaines avec les élections départementales et la rumeur de remaniement gouvernemental.

Entrer au gouvernement, "ni un tabou [...] ni un totem". Mais pour la secrétaire nationale d'EELV, "la participation gouvernementale n’est pas un tabou, ni un totem". "Si vraiment nous avons demain une volonté du président de la République, alors il faut que nous réfléchissions", a ainsi défendu Emmanuelle Cosse tout en estimant que le compte n’y est pas, pour l’instant, pour entrer au gouvernement. Denis Baupin, initiateur du colloque a quant à lui déclaré pour l'ouverture de celui-ci : "Le compromis ce n'est pas sale, le compromis c'est noble", précisant : "On a vocation à participer aux responsabilités gouvernementales, pas à n'importe quelle condition." 

Enfin, Emmanuelle Cosse n'a pas manqué de faire allusion à Cécile Duflot, avec une phrase sur 2017 qui sonne comme une critique de la stratégie de la député : "L’obsession française pour la présidentielle est en train de nous tuer et de tuer notre capacité à agir dans les deux années qui viennent. Et moi, je suis désolée, je ne pense pas à dans deux ans, je pense à maintenant", a ainsi affirmé la secrétaire nationale du parti écolo. Rien de concret donc à l'issue de ce colloque, mais bien le début d’un bras de fer qui pourrait, au final, faire éclater les Verts.

>> LIRE AUSSI -Chez les Verts, le divorce se prépare

>> LIRE AUSSI - Les Verts déchirés entre "pro" et "anti" gouvernement