"Des représentants de la protection animale dans tous les abattoirs", promet Le Foll

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après un nouveau scandale dans un abattoir, le ministre de l'Agriculture a promis le respect de la réglementation européenne "qui prévoit des représentants pour la protection dans tous les abattoirs".

"Il y aura une enquête sur tous les abattoirs", a déclaré le ministre de l'Agriculture dans la Matinale d'Europe 1, alors que vient d'éclater un nouveau scandale de cruauté animale dans une entreprise de découpe de viande. "Il y a, au niveau européen, une réglementation qui prévoit des représentants pour la protection dans tous les abattoirs. Premier constat : il n’y a pas de représentants dans tous les abattoirs. Il y aura des représentants de la protection animale dans tous les abattoirs", a promis Stéphane Le Foll.

Lanceur d'alerte. "Il y avait un représentant dans cet abattoir", a déclaré le responsable à propos de l'abattoir de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques, dont les pratiques ont été dénoncées mardi par une vidéo de l'association L214. "Pourquoi il n'a pas parlé ? Est-ce qu'il avait peur ? Est-ce qu'il y avait des pressions ?", interroge-t-il.  "Il y aura désormais une protection pour ces salariés. On va regarder ça jusqu'à leur donner le statut de 'lanceur d'alerte' pour qu'ils soient protégés et qu'ils puissent, dès que quelque chose ne va pas, le dire aux services vétérinaires", a-t-il annoncé. "Je ne peux plus accepter que l’on passe des images comme cela régulièrement, avec des atrocités", a encore martelé le ministre.

Tous végétarien. Autre solution, faire disparaître la viande de nos assiettes ? Une position largement défendue par l'association L214, baptisée ainsi en référence à l'article du code rural qui reconnaît tout animal comme un être sensible. "Il y a beaucoup de végétariens en France. C'est un choix que je respecte. Mais ils n'ont n'a pas non plus à imposer un choix culinaire et gastronomique à tout les autres", tranche le ministre avant d'ajouter : "Ils ont raison sur un point, il n’est pas acceptable de voir ces images !"