Départementales : le divorce entre PS et écolos est consommé

  • A
  • A
Partagez sur :

Les Verts ne veulent pas entendre d'un accord national avec le grand frère socialiste. Qui voit donc l'union de la gauche voler en éclats.

L'INFO.  La rupture entre les écologistes et le Parti socialiste était déjà bien engagée. Elle est désormais consommée et va se voir lors des prochaines élections départementales de mars prochain. Car selon les informations d'Europe 1, les Verts vont tourner le dos aux socialistes dans la plupart des circonscriptions.

>> A LIRE AUSSI - Départementales : le FN fait déjà "chauffer la colle"

3 sur 100, seulement. Selon un cadre d'Europe Ecologie – les Verts, pour le moment, sur les 100 départements français, seulement trois préparent des accords électoraux avec le PS, dans l'Essonne,  le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis. Ailleurs, des discussions sont ouvertes avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste. Enfin, des élus verts feront cavaliers seuls.

>> A LIRE AUSSI - Départementales : ça s'annonce (très) mal pour le PS

RTR3IZLG

Tout sauf le PS. Comme le confirme un allié de Cécile Duflot qui a fait le tour des départements, "les copains ont vu aux municipales que lorsqu’on allait avec le PS, on terminait battu avec zéro élu. Alors ils ont compris...".

Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts, refuse pour le moment de parler de renversement d’alliance. Elle plaide le cas par cas au niveau local,  mais la ligne est pourtant clairement affichée. Une note interne a ainsi été envoyée par David Cormand, le numéro 2 d’EELV, pour demander de privilégier les alliances avec les autres forces de gauche. Dit autrement, c'est tout sauf le PS. "Le but, c'est de montrer que les gens peuvent se rassembler contre l'extrême droite et la droite pour proposer une alternative au PS de gouvernement et finir devant le PS", peut-on lire dans cette note révélée par le JDD.

Le PCF sur la même ligne. Après le différend sur la politique économique, c'est l’affaire de Sivens et la mort de Rémy Fraisse qui ont accentué encore un peu plus la prise de distance des écolos avec cette majorité à laquelle ils ont participé. Une nouvelle donne qui pourrait coûter cher au PS, l'union de la gauche étant sa seule possibilité d'éviter une débâcle aux prochaines élections. C'est raté, d'autant plus que le PCF a lui aussi fait savoir par la voix de Pierre Laurent, son secrétaire national, qu'il ne "signera pas d’accord électoral nationalement avec le PS tant qu’il soutiendra cette politique gouvernementale."

>> A LIRE AUSSI - Le Guen : "Duflot a perdu le sens de l'Etat"