Dans le livre de Buisson, des scènes embarrassantes pour Sarkozy

  • A
  • A
Dans le livre de Buisson, des scènes embarrassantes pour Sarkozy
Dans un livre à paraître jeudi, Patrick Buisson torpille Nicolas Sarkozy, dont il a été conseiller pendant sept ans.@ AFP
Partagez sur :

En pleine campagne pour la primaire de la droite, Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et issu de l'extrême droite, publie un livre sur ses années passées aux côtés de l'ancien chef de l'Etat.

Un livre très dense, chargé d’anecdotes, de références historiques et de réflexions politiques. Dans La Cause du Peuple, qui paraît jeudi, Patrick Buisson raconte dans le détail les coulisses du quinquennat de Nicolas Sarkozy, qu'il a conseillé de 2005 à 2012 avant d'être répudié. Notre journaliste l'a lu en intégralité. Et il y a trouvé des scènes qui n'avaient jusqu'alors jamais été racontées.


Sarkozy, un "fragile séducteur". Comme en ce soir de défaite, le 6 mai 2012. Dans le salon vert de l’Elysée, Nicolas Sarkozy relit son discours à haute voix, prêt à annoncer son retrait de la vie politique. C'est alors qu'Alain Juppé intervient et lui propose de retirer l’adverbe "jamais"… Afin de ne pas sceller définitivement sa carrière. Le ministre avait du flair. Tout au long du livre, Patrick Buisson décrit un Nicolas Sarkozy qui doute, qui se demande même s’il n’est pas "une marionnette". "Fluctuant", "adepte du 'bougisme'", "d’un discours dur et d’une pratique molle", "fragile séducteur"… La charge de l'ancien patron du journal d'extrême-droite Minute est violente.

Des citations embarrassantes. Le livre est aussi truffé de citations présumées de l’ex-chef de l’Etat : "Qu’est-ce que je vais foutre en Guyane ? C’est 200.000 habitants dont la moitié d’analphabètes" ; "Je veux mourir riche… Tony Blair me dit qu’il se fait payer 240.000 dollars par conférence. Je suis sûr que je peux faire mieux" ; "Chirac s’envoyait des actrices en catimini, Giscard des mannequins. Avec moi, tout est transparent" ; "Chirac aura été le plus détestable de tous les présidents de la Ve. Franchement, je n’ai jamais vu un type aussi corrompu" ; "Pour avoir des nouvelles de mes ministres, je n’ai qu’à regarder Paris Match, c’est le nouveau Journal Officiel. Rachida Dati, on ne la voit plus qu’en robe longue dans les soirées parisiennes…". Mais aussi cette phrase, avant l'affaire du Sofitel : "Dominique Strauss-Kahn, j’ai de quoi le faire exploser en plein vol". 

Une accusation grave. Nicolas Sarkozy a-t-il prononcé ces phrases ? Ou bien est-ce l’œuvre d’un homme amer, aigri, désireux de se venger en pleine campagne ? Difficile à dire. Dans ce brûlot, l'accusation la plus grave remonte à 2006. Nicolas Sarkozy est alors ministre de l’Intérieur. Patrick Buisson l’accuse d’avoir délibérément laissé une manifestation contre le CPE dégénérer à Paris. Objectif : affaiblir le Premier ministre Dominique de Villepin dans la course à l’Elysée et rétablir l’ordre ensuite pour afficher sa fermeté. Autrement dit, si c’est avéré, il s'agirait là d'une belle démonstration du cynisme politique.