Dans le Doubs, la course aux électeurs UMP

  • A
  • A
Dans le Doubs, la course aux électeurs UMP
@ SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

REPORTAGE - A deux jours du second tour de l'élection législative partielle dans le Doubs, les candidats PS et FN font tout leur possible pour attirer les électeurs de l'UMP.

L'INFO. Dernier jour de campagne dans le Doubs. Dimanche, les électeurs vont devoir choisir entre la candidate du Front national, Sophie Montel, et le socialiste Frédéric Barbier pour la législative partielle. La grande question est de savoir comment vont se comporter les électeurs de l'UMP. Vont ils suivre la consigne venue d'en haut, à savoir ni PS, ni FN ? En attendant de connaitre la réponse à cette question cruciale, les deux candidats toujours en lice poursuivent jusqu'au bout leur opération séduction.

>> LIRE AUSSI - Les électeurs UMP divisés dans le Doubs

"Moi, j'ai voté Chirac en 2002…" Frédéric Barbier, le socialiste, a un argument pour convaincre l'électorat de l'UMP. Le même qu'avancé jeudi par François Hollande lors de sa conférence de presse semestrielle. Et c'est un militant PS,  Denis, retraité d'Audincourt, qui l'explique: "moi, j'ai voté Chirac en 2002. Il ne faut pas me le faire regretter. Vous croyez que ça nous plaisait ? On a même manifesté pour appeler à voter Chirac ! Donc si on ne comprends pas qu'un parti d'extrême-droite, ce n'est pas la même chose qu'un autre parti…".

>> LIRE AUSSI - L'UMP et Sarkozy donnent le sourire au FN

Marine Le Pen en déplacement (1280x640)

© Sébastien BOZON/AFP

"Elle ne va pas vous mordre, on n'est pas des sauvages." Dans les rangs du FN, on juge que cet argument du front républicain est périmé. Et pour en rassurer certains, on assure aux électeurs de droite que le FN du père n'est pas celui de la fille. Lou et son amie Sylviane, ouvrière chez PSA, ont tracté toute la semaine en ce sens : "sur Montbéliard, moi je dis aux gens 'votez Sophie' (Montel, Ndlr), vous ne risquez rien ! Elle ne va pas vous mordre, on n'est pas des sauvages."

>> LIRE AUSSI - Du "ni-ni" au front républicain, concours de nuances à l'UMP

"On demande aux électeurs de l'UMP d'être logique". Un autre militant abonde dans son sens, et en appelle à la responsabilité de l'électorat de droite : "on demande aux électeurs de l'UMP d'être logique. Si ce sont des opposants à la politique gouvernementale, alors ils doivent voter massivement pour le Front dimanche". Autre signe encourageant relevé par les troupes de Marine Le Pen dans le Doubs, ils ne se font plus insulter ni cracher dessus quand ils tractent. Suffisant pour conquérir un  troisième poste de député à l'Assemblée nationale ? Au premier tour, Sophie Montel a terminé en tête avec 32,5% des suffrages.