Copé, Fillon et la course au gaullisme

  • A
  • A
Copé, Fillon et la course au gaullisme
Qui des deux est le plus gaulliste?
Partagez sur :

Copé s’est rendu sur la tombe de de Gaulle pour le 42e anniversaire de sa mort. Fillon a répondu par une tribune et des tweets.

Nicolas Sarkozy serait-il déjà passé de mode ?  Pendant des semaines, Jean-François Copé et François Fillon ont, plus ou moins discrètement, dragué l’héritage sarkozyste, pour le plus grand plaisir des nostalgiques militants de l’UMP. Vendredi, c’est une autre figure de la droite qui accapare les esprits des deux rivaux.

>>  A LIRE AUSSI : "Copé fait du Sarkozy dans le texte"

À l'occasion du 42e anniversaire de la mort du général de Gaulle, Jean-François Copé s’est ainsi rendu sur sa tombe, à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne), afin d’y déposer une gerbe. Le député-maire de Meaux a ensuite tenu une réunion militante dans la salle des fêtes communale, avant de clore sa visite par un détour au mémorial Charles de Gaulle.

Très actif ces dernières semaines sur Twitter, Jean-François Copé a d’ailleurs relayé son hommage sur le réseau social.





"Etre gaulliste, c’est être un militant de la France !"

François Fillon, qui n’a pu se déplacer à Colombey-les-deux-Eglises en raison de ses problèmes de santé, a lui aussi utilisé le site de microblogging pour rendre hommage au plus illustre des résistants. Et le député de Paris n’y est pas allé avec le dos de la cuillère : 19 tweets envoyés en rafale ! Dont une suite qui ressemble à s’y méprendre à une anaphore, figure de style popularisée par François Hollande. Europe1.fr ne résiste pas au plaisir de vous en faire profiter :









 



















Et pour être sûr de ne pas perdre la course au brevet de gaullisme, François Fillon s’est également fendu d’une tribune dans Le Figaro intitulé Eternel De Gaulle ! 

Les deux zélés rivaux se sont toutefois - presque - fait voler la vedette par Florian Philippot, premier membre du Front national à oser venir se recueillir sur la tombe du général de Gaulle. "J'étais gaulliste moi-même avant le Front national, je le suis au Front national et je le serai demain, quoiqu’il arrive. J'ai même un portrait du général de Gaulle dans mon bureau", a expliqué le bras droit de Marine Le Pen sur RTL. Des explications qui n'ont franchement pas convaincu Jean-François Copé : "Quand on sait que depuis 1940, de manière continuelle, l'extrême droite a appelé à exécuter le général de Gaulle... Que le Front national envoie l'un de ses membres les plus zélés devant la tombe du général de Gaulle, ça s'appelle de l'usurpation d'identité", a dénoncé le secrétaire général de l'UMP. Le grand Charles n’a jamais été autant courtisé.