"Clopes", diesel : Bayrou exprime sa "honte" après des propos rapportés de Griveaux

  • A
  • A
"Clopes", diesel : Bayrou exprime sa "honte" après des propos rapportés de Griveaux
François Bayrou n'a pas apprécié les propos de Benjamin Griveaux sur Laurent Wauquiez. @ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Le président du MoDem a critiqué le porte-parole du gouvernement, qui aurait qualifié Laurent Wauquiez de candidat de "ceux qui clopent et roulent au diesel". 

"Cette phrase m'a fait mal, d'une certaine manière, elle m'a fait honte", a pointé dimanche François Bayrou concernant un propos rapporté du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, selon qui Laurent Wauquiez était le candidat de "ceux qui clopent et roulent au diesel". La phrase litigieuse avait été rapportée la semaine dernière dans le JDD. Elle avait provoqué l'ire des Républicains, et notamment du premier visé, Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR) qui y avait vu un "mépris" de la part du porte-parole du gouvernement.

"Le contraire de ce que nous avons voulu bâtir avec le président." Benjamin Griveaux a depuis récusé avoir prononcé une telle phrase. "Parler de la France, comme parler du peuple, comme des gens qui seraient réduits à cloper ou à rouler au diesel, comme si c'était une infamie de rouler au diesel...", a déploré le président du MoDem dans l'émission Questions politiques sur France Inter en partenariat avec Le Monde.

"J'ai trouvé (dans) cette phrase le contraire de ce que nous avons voulu bâtir avec le président de la République", a poursuivi François Bayrou, soutien du candidat Macron en 2017. "L'élection d'Emmanuel Macron, elle s'est faite précisément sur l'idée qu'on allait rompre avec cette manière de couper le pays en deux, avec les gentils chic d'un côté et les désagréables pas chic de l'autre : il est temps que s'exprime dans la majorité tous ceux qui refusent cette rupture", a-t-il encore insisté. L'éphémère ministre de la Justice au printemps 2017 a par ailleurs qualifié sa relation "humaine et politique" avec le chef de l'État de "fraternelle".