Christiane Taubira aurait emménagé dans un logement social à Paris

  • A
  • A
Christiane Taubira aurait emménagé dans un logement social à Paris
@ AFP
Partagez sur :

RÉVÉLATION - Selon les informations de l'hebdomadaire Marianne, la ministre de la Justice Christiane Taubira aurait obtenu un logement social à Paris. 

Selon les informations de l'hebdomadaire Marianne, la ministre de la Justice Christiane Taubira occuperait un logement social dans le XVIIe arrondissement de Paris, depuis la mi-décembre. 

Un appartement de 96 m² pour 1920 € par mois. Toujours selon Marianne, la garde des Sceaux aurait emménagé "dans un logement à caractère social géré par ICF Habitat, l'organisme immobilier de la SNCF". Cet appartement, situé dans le quartier des Batignolles, est un quatre pièces de 96 m² avec une terrasse de 14 m² et un parking. Pour y vivre depuis la mi-décembre, Christiane Taubira paierait un loyer de 1920 euros par mois hors charges (2.196 euros avec les charges), un prix très largement inférieur aux prix du marché. 

Contacté par l'hebdomadaire, le ministère de la Justice réfute la "qualification de logement social" et préfère évoquer "un loyer libre". Visiblement, l'entourage de Christiane Taubira aurait reconnu qu'elle a "signé le contrat de bail sans savoir qu'ICF Habitat pratiquait une politique tarifaire". Quand elle aurait découvert qu'il s'agissait d'un logement social, assure-t-on place Vendôme, la garde des Sceaux aurait décidé de résilier le bail. 

Taubira répond à la polémique. La ministre de la Justice a répondu à la polémique dans un communiqué, publié sur le site Internet du ministère, jeudi. "Le logement en question n’est pas un logement social. Il relève d’un dispositif locatif ouvert à tous qui permet aux propriétaires particuliers ou aux bailleurs qui le souhaitent de bénéficier d’une réduction fiscale en contrepartie d’une politique locative modulée en fonction des ressources des locataires", est-il précisé. Christiane Taubira y répète qu'une fois informée de la nature de son logement, elle a immédiatement résilié le bail, signé le 15 décembre 2015. "Cette résiliation est intervenue avant la parution de l’article de Marianne, Christiane Taubira en ayant avisé le bailleur le 29 décembre dernier".