Castaner sur le départ de Bayrou et de Sarnez : "Cela simplifie la situation"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Interrogé sur le départ de François Bayrou et celui très probable de Marielle de Sarnez de l'exécutif, mercredi, sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement a estimé que cela rendait la situation moins complexe à gérer pour la majorité.

INTERVIEW

Un remaniement très politique. Après le départ de François Bayrou, annoncé mercredi matin, Christophe Castaner a assuré que la décision du ministre MoDem était "personnelle" et non forcée par le chef de l'Etat. Tout en admettant que cela servait le gouvernement : "Je ne vais pas faire de langue de bois. Cela simplifie la situation", a indiqué le porte-parole du gouvernement, chargé de défendre des ministres dont le parti est impliqué dans l'affaire des assistants parlementaires au Parlement européen. "Il était difficile, y compris pour le porte-parole, de répondre à vos questions légitimes, aux enquêtes de la presse sur des sujets qui n'ont pas aujourd'hui de conséquences judiciaires. Quand on est ministre, l'exercice est très compliqué et implique cette forme d'éthique", a-t-il résumé.

Marielle de Sarnez vers un départ "logique". D'après Christophe Castaner, le garde des Sceaux François Bayrou et le Premier ministre Edouard Philippe "ont échangé longuement" par téléphone, mardi matin. Pas encore confirmé, le départ de Marielle de Sarnez devrait quant à lui suivre celui de son patron au MoDem : "Je ne vois pas comment aujourd'hui Marielle de Sarnez ne pourrait pas être solidaire de François Bayrou. Son départ serait logique si elle était dans le même esprit", a indiqué Christophe Castaner. "Le MoDem a toute sa place dans la majorité présidentielle", a-t-il ensuite nuancé.



Il aimerait rester au porte-parolat. Le remaniement sera annoncé avant 18 heures, mercredi. Christophe Castaner se verrait bien conserver son portefeuille des Relations avec le Parlement : "Je n'ai eu aucune assurance, ni échange avec le président. J'ai le sentiment de bien faire mon boulot et j'aimerais bien rester." Dans un contexte sécuritaire tendu, Gérard Collomb va-t-il quant à lui rester ministre de l'Intérieur ? "Je le pense", a confié celui qui est aussi député des Alpes de Haute-Provence.


Christophe Castaner "aimerait bien rester" au...par Europe1fr