Cambadélis : "dans l'état, j'aurais du mal à voter" la réforme du travail

  • A
  • A
Cambadélis : "dans l'état, j'aurais du mal à voter" la réforme du travail
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Le premier secrétaire du PS a affirmé jeudi qu'il aurait "du mal à voter" la réforme de travail de Myriam El Khomri si elle n'était pas modifiée.

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré jeudi qu'il aurait "du mal à voter" la réforme du travail "dans l'état" et a appelé à discuter le texte qui "ne montre pas" d'"équilibre" entre "flexibilité" et "sécurité" notamment sur la question du "licenciement économique".

Le chef de file du PS veut des modifications. "Pour l'instant, je n'ai pas à le voter. Dans l'état, j'aurais du mal à le voter", a expliqué Jean-Christophe Cambadélis à propos du texte de la réforme du droit du travail, transmis au Conseil d'État mercredi par la ministre du travail Myriam El Khomri. "Je demande qu'on l'améliore, qu'on l'équilibre", a-t-il proposé. "Il faut la 'flexisécurité' à la française", a concédé le député de Paris, reprenant l'expression employée par le chef de l'Etat François Hollande au soir du remaniement le 11 février. "Ce texte-là pour l'instant ne montre pas son équilibre entre une flexibilité et une sécurité", a-t-il ajouté. "On ne peut pas flexibiliser le droit du travail s'il n'y a pas la sécurité", a-t-il martelé.

Le licenciement économique en question. Regrettant que le compte personnel d'activité ne soit "pas à sa place dans ce texte" comme s'il était un "élément secondaire", Jean-Christophe Cambadélis a exprimé son désaccord sur les nouveaux points concernant le licenciement économique. "Tout ce qui est dans ce texte sur le licenciement économique est discutable", a-t-il déclaré appelant à ouvrir "la discussion". Le premier secrétaire du PS a qualifié d'"acceptable" l'allongement de la durée de travail à 40 heures par semaine pour les apprentis et la limite à 10 heures par jour. Jean-Christophe Cambadélis a affirmé attendre la discussion parlementaire mais la ministre du Travail a laissé entendre jeudi dans Les Échos qu'elle n'excluait pas un recours du gouvernement au 49-3 pour faire passer la réforme.