Bruno Retailleau sur le PenelopeGate : "Nous donnerons très vite à la justice l'ensemble des éléments"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Fidèle soutien de François Fillon, le sénateur a indiqué que l'avocat du candidat à la présidentielle allait produire des pièces dès jeudi.

INTERVIEW

L'épouse de François Fillon est dans la tempête. D'après Le Canard Enchaîné,elle aurait touché 600.000 euros en huit ans, comme assistante parlementaire et conseillère littéraire. Alors que le journal s'interroge sur la réalité de ces deux emplois et qu'une enquête a été ouverte par le parquet national financier, les soutiens de François Fillon montent au créneau. Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et coordinateur de la campagne de François Fillon s'est ainsi exprimé au micro d'Europe 1 jeudi.

"Un certain nombre de pièces". "Je savais qu'ils étaient très proches mais je n'avais pas du tout idée d'une relation contractuelle, explique Bruno Retailleau au sujet du couple Fillon. Mais j'étais vice-président de région à l'époque où il (François Fillon) était président, et je rencontrais souvent Pénélope", défend le sénateur de Vendée. "Je savais que c'était l'un des piliers. Elle a un rôle à la fois de conseillère, de petite main, elle recevait beaucoup. De nombreux Sarthois s'adressaient à elle directement. Nous donnerons très vite à la justice l'ensemble des éléments" qui tendraient à prouver ces activités, indique le soutien de François Fillon. "Quand les bureaux seront ouverts, l'avocat de François Fillon se déplacera avec un certain nombre de pièces" auprès du procureur financier, affirme-t-il.

"Comme par hasard, à trois mois des présidentielles..." Si François Fillon veut aller vite, c'est que "les choses sont trop graves. François Fillon, ça fait plus de trente ans qu'il est dans la vie politique sans aucune affaire. Et comme par hasard, à trois mois des présidentielles, quelques jours avant son discours fondateur, cette affaire lui tombe dessus. Il n'est pas question de laisser prendre en otage une campagne présidentielle."