Bourgi : "Hollande se débrouille très bien avec l'Afrique"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ART DE LA DIPLOMATIE - François Hollande a entamé mercredi soir une visite de 48 heures en Afrique. L'avocat Robert Bourgi loue l'action du chef de l'Etat sur le continent africain. 

François Hollande est arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi à Cotonou pour s'entretenir avec son homologue Thomas Boni Yayi. Pour le chef d'Etat français, le Bénin est la première étape d'une tournée africaine éclair qui le conduira aussi en Angola et au Cameroun. Si ce périple express peut interpeller par ses destinations choisies, l'avocat Robert Bourgi estime jeudi sur Europe 1 que la "Françafrique est plus vivante que jamais".

"Hollande a très vite compris l'Afrique". "En 2012, le candidat François Hollande vouait aux gémonies la Françafrique", a d'abord tenu à rappeler Robert Bourgi. "ll disait qu'il ne recevrait pas ces chefs d'Etats sulfureux". Trois ans plus tard, que reste-t-il de ces belles paroles ? Quelques mois seulement après son accession au pouvoir, le président Hollande a reçu le président très controversé du Gabon Ali Bongo. Pendant 48h, il ira au Bénin, en Angola puis au Cameroun. Et mardi, il recevra en grande pompe le président congolais Denis Sassou-Nguesso.  

"La Françafrique est plus vivante que jamais", explique Robert Bourgi, ancien ministre de la Coopération du gouvernement de Jacques Chirac entre 1986 et 1988. "L'interventionnisme militaire et politique de la France est très fort". Et d'ajouter : "il faut reconnaître au président Hollande une qualité, celle d'avoir très rapidement compris l'Afrique. Il a très rapidement cerné les enjeux sur ce continent. Il faut aussi lui rendre hommage pour avoir lancé l'opération Serval en 2014 pour arrêter l'avancée des djihadistes au Mali".

Les Africains adorent Hollande. "Il se débrouille très bien avec les chefs d'Etat africains", poursuit l'ancien conseiller de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy sur l'Afrique. "Je n'ai pas encore rencontré un seul chef d'Etat africain qui ne m'ait pas chanté les louanges de François Hollande. Tous m'ont également vanté le savoir-faire de son ministre, Jean-Yves Le Drian".

"Hollande doit faire pression sur les chefs d'Etat africains". "Fort de cet aura qui est la sienne en Afrique, il devrait faire comprendre à ces chefs d'Etat qu'il reçoit et qu'il visite de ne pas piétiner le texte constitutionnel et de s'arrêter à deux mandats", juge Robert Bourgi. Et de conclure : "ces pratiques doivent cesser. Il doit absolument faire pression sur les chefs d'Etat africains qui s'accrochent au pouvoir".