BCE : une (discrète) satisfaction pour Hollande

  • A
  • A
BCE : une (discrète) satisfaction pour Hollande
@ AFP
Partagez sur :

BONNE NOUVELLE - Le chef de l'Etat militait pour une relance monétaire au niveau européen. Mais il devrait se garder de tout triomphalisme, le sujet étant un point de crispation avec l'Allemagne.

L'annonce était attendue, elle n'en est pas moins historique. La Banque centrale européenne (BCE) va procéder à un rachat massif de dettes publiques et privées, a confirmé jeudi son président Mario Draghi. Un programme à 60 milliards d'euros par mois jusqu'en septembre 2016, qui reviendra à injecter des liquidités dans l'économie - autrement dit, à faire tourner la planche à billets, selon l'expression consacrée.

>> LIRE AUSSI - Aide historique de la BCE pour relancer la croissance

De quoi donner le sourire à François Hollande. Car depuis plusieurs mois, le président français milite pour des décisions en ce sens. En septembre dernier, lors d'une conférence de presse, il plaidait déjà pour la "réorientation de l'Europe" vers une "véritable politique de croissance et d'emploi". Le problème, c'est que dans un contexte de restrictions budgétaires, cette relance pouvait difficilement venir d'une action gouvernementale. Tout juste l'exécutif concédait-il des baisses d'impôts pour les ménages modestes. Le déficit public scruté par la Commission européenne ne permettait pas mieux.

"Les trois astres sont alignés". Le salut ne pouvait donc venir que de l'arme monétaire. Déjà, fin 2014, François Hollande observait une conjonction favorable. "Les trois astres sont alignés. Jamais trois facteurs déclencheurs de croissance n’avaient été réunis en même temps : un euro bas par rapport au dollar, une baisse du prix du pétrole et des taux d’intérêts aussi bas", se félicitait-il, cité par le Canard enchaîné. L'injection de liquidités annoncée par la BCE vient clairement conforter cette ligne. L'euro est d'ailleurs reparti à la baisse après cette décision, tandis que les taux d'intérêt devraient encore reculer, permettant à la France de continuer à emprunter à peu de frais.

>> LIRE AUSSI - A qui profite la baisse de l’euro ?

Angela Merkel 4.1.15
Il est toutefois probable que François Hollande reste discret sur la question. Jeudi, pas un communiqué de l'Elysée pour commenter les annonces de la banque centrale. Il faut dire que le sujet est diplomatiquement très délicat. La décision de la BCE va en effet à l'encontre de la ligne préconisée par Berlin. Quelques minutes avant l'annonce de la BCE, Angela Merkel a déclaré depuis Davos que cette décision ne devait pas "faire dévier du chemin des réformes" les pays européens. Manière de faire savoir que la France ne saurait se reposer sur cet assouplissement monétaire, et d'insister une nouvelle fois sur les réformes structurelles déjà réclamées avec insistance par la chancelière.

La gaffe de Hollande. François Hollande devrait d'autant plus se garder de tout triomphalisme qu'il a commis une maladresse lundi, en saluant "la décision de racheter les dettes souveraines"… pas encore prise par la BCE. Or, celle-ci est censée être une institution indépendante des gouvernements de la zone euro. Une conseillère élyséenne a aussitôt corrigé le tir, en affirmant que le chef de l'Etat n'avait fait qu'évoquer une hypothèse. Jeudi, l'Elysée a donc laissé au PS le soin d'entonner un refrain enthousiaste. Le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux, a aussitôt salué une "nouvelle avancée importante de la réorientation européenne voulue par la France".

Pas une recette miracle. Reste à savoir si François Hollande fait le bon pari. Les économistes sont divisés sur les réels effets de la planche à billets. "Il est aussi dangereux que vain d'en attendre des miracles", avertit Charles Wyplosz, de l'Institut des hautes études de Genève, dans Le Monde. "S'il n'y a pas d'accélération des réformes structurelles derrière, on risque de n'en bénéficier que très partiellement", renchérit Philippe Gudin, chef économiste chez Barclays, interrogé par L'Opinion.

Politiquement, l'UMP est sur la même ligne. "La politique monétaire accommodante doit nécessairement être accompagnée de réformes structurelles et d’une politique budgétaire rigoureuse", a insisté dans un communiqué l'ancien ministre du Budget Eric Woerth. Hollande a gagné une bataille monétaire, mais pas la guerre économique.

>> VIDÉO - La nouvelle politique de la BCE expliquée par Axel de Tarlé sur Europe 1 :



La nouvelle politique de la BCEpar Europe1fr