Attali a un programme présidentiel, mais cherche un candidat

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - Le visiteur du soir des chefs de l'Etat veut davantage peser dans les débats. Il prépare son propre programme.

L'INFO. On le connait, depuis des années et des années, dans le costume du visiteur du soir. Mais Jaques Attali est bien décidé à passer à la vitesse supérieure. Après avoir poussé à la réforme Nicolas Sarkozy et François Hollande, l’économiste qui murmure à l'oreille des présidents va, selon les informations d'Europe 1, élaborer son propre programme présidentiel.

Secret défense. Pas question d'être lui-même candidat, "ce serait ridicule", admet-il d'emblée. Mais en revanche, Jaques Attali refuse de se résoudre à être spectateur d’un débat politique qui se résumerait à Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Marine Le Pen. Alors, dans le plus grand secret, l'économiste travaille à l’élaboration d’un programme de réforme pour le pays. Un job si confidentiel que ses collaborateurs ont des documents de travail numérotés qu’ils n’ont pas le droit de reproduire ou du sortir du bureau ! Il a tout de même pris le soin de prévenir François Hollande et Nicolas Sarkozy de sa démarche.

Un programme à disposition des candidats. L’ancien sherpa de François Mitterrand a été déçu par les renoncements successifs des présidents qu’il a conseillés. Alors il veut aller de l'avant. "Moi, je n’ai aucune contrainte vis-à-vis de l’opinion. Je proposerai les réformes qui sont indispensables au pays", promet-il. Et ensuite ? A la façon d'un Nicolas Hulot avec son pacte écologique en 2006, Jaques Attali soumettra son programme aux candidats à la présidentielle. Et il se ralliera derrière celui qui reprendra le plus grand nombre de ses propositions.

Le 'FNUMPS'. Grand connaisseur du milieu, l'économiste a perdu confiance dans les partis politiques et les renvoie dos à dos violement. Lundi, sur son blog, alors que Nicolas Sarkozy dénonçait le "FNPS" dans un entretien au Figaro - contraction de Front national et Parti socialiste -, Jaques Attali s'est ainsi livré à une violente charge contre "tous ces partis [qui] ne forment qu’un ensemble flou, dans le désir constant de ne parler de rien, surtout de rien, sinon de la personne de ceux qui les dirigent. Et le FN ne peut se prétendre extérieur à cette alliance du néant. (…) En fait, tous ces partis forment tous ensemble une union qu’on peut nommer le 'FNUMPS'. L’alliance de tous ceux qui veulent ne parler de rien."

Parce qu'il n'a plus confiance dans les partis traditionnels, Jacques Attali va lancer son propre site internet, France 2022.fr. Pas question d'être récupéré. Ou plutôt si, mais par celui ou celle qu'il aura choisi.

>> LIRE AUSSI - Attali : "La modération salariale est une absurdité"

>> LIRE AUSSI - Attali, le dernier à croire en François Hollande ?