Après le départ de Hamon, Didier Guillaume estime que le PS est "très malade"

  • A
  • A
Partagez sur :

Proche de François Hollande, Didier Guillame, le président du groupe socialiste au Sénat estime que le départ de Benoît Hamon est "une clarification". Il estime néanmoins que le Parti socialistes est "très malade".

REACTION

Benoit Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle, militait dans le parti depuis 30 ans. Il a annoncé son départ samedi après-midi à l'occasion du lancement de son propre mouvement, "Le mouvement du 1er Juillet". C'était sur la pelouse de Reuilly à Paris devant plusieurs milliers de personnes. Benoit Hamon explique qu'il ne renonce pas à l'idéal socialiste mais que le PS a peut-être fait son temps. Qu'en disent ses anciens camarades ?  Le président du groupe socialiste au Sénat, Didier Guillaume, proche de François Hollande, déplore cette décision et il plaide pour que le PS se transforme et devienne une nouvelle force sociale-démocrate.

Le PS est "très malade". "C'est toujours un drame quand des gens quittent une organisation politique", explique ce proche de François Hollande au micro Europe 1. Et d'ajouter : "je crains qu'il ne reste plus grand monde au PS". Le PS est selon lui "très malade. Est-ce qu'il est mort ? Je n'en sais rien."

Mais il voit toutefois dans ce départ une "clarification" devant amener "ceux qui restent" à définir comment "une force social-démocrate à côté de La République en marche peut exister et travailler". "Le parti d'Épinay a vécu. Mais les idées social-démocrate ne sont pas mortes", assure-t-il.