Affaire Fillon : Éric Dupond-Moretti "estomaqué par la célérité" de l’enquête

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité du "Club de la presse", l’avocat s’étonne de la rapidité avec laquelle la justice s’est penchée sur l’affaire Fillon, dès la publication des révélations du "Canard enchaîné".

INTERVIEW

François Fillon vient sans doute de vivre la semaine la plus chaotique de sa carrière politique, après l’ouverture d’une enquête préliminaire sur les soupçons d’emplois fictifs de son épouse, mercredi dernier, quelques heures seulement après les révélations du Canard enchaîné.

Pour d'autres députés, "le parquet a été moins rapide". "Je suis estomaqué par cette célérité", lance le célèbre avocat Éric Dupont-Moretti, sur Europe 1. "Il faut quand même bien dire qu’il y a d’autres députés qui semblent concernés et le parquet a été moins rapide. C’est là où on peut se poser la question d’une possible instrumentalisation, pas quand le Canard publie. Mais je note que François Fillon a réclamé cette célérité, il doit être satisfait."

Entendu sur Europe 1
Je note que François Fillon a réclamé cette célérité, il doit être satisfait

Entendu lundi par les enquêteurs, l'ancien Premier ministre avait en effet lui-même demandé cette audition, assurant vouloir faire toute la lumière sur cette affaire, dans laquelle il maintient n'avoir rien à se reprocher. Le candidat de la droite a malgré tout dénoncé mercredi "un coup d’État institutionnel". "Cette affaire, on sait d'où elle vient, elle vient du pouvoir, elle vient de la gauche", a tonné François Fillon.

Entendu sur Europe 1
On construit le bois de justice de façon médiatique

"Je ne crois pas à cette histoire de complot". Éric Dupond-Moretti, lui, "ne croit pas à cette histoire de complot instrumentalisé par je ne sais qui". "Le Canard, il y a un siècle qu’il sort des choses de cette nature", souligne celui qui est parfois surnommé "Acquittator". En grand défenseur de la présomption d’innocence, le pénaliste regrette toutefois  le traitement réservé à l’affaire par "une certaine presse". "On construit le bois de justice de façon médiatique. Il y a maintenant des sondages pour savoir si François Fillon est coupable ou non. C’est ahurissant. Que l’on discute de façon citoyenne de cette affaire, j’en accepte l’augure et l’idée. Qu’on en tire des conséquences, et celles-là en particulier (que François Fillon est présumé coupable), je trouve ça choquant", s’indigne le ténor du barreau. "Qui a vu les documents ? Personne, sauf François Fillon et les policiers qui l’ont entendu."

Mercredi, c’est Marc Joulaud, l’ex-employeur de Penelope lorsqu'il a suppléé François Fillon à l'Assemblée nationale, qui a été auditionné à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).