Affaire Bettencourt : Claude Bartolone "regrette" ses mots envers Eric Woerth

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président de l'Assemblée nationale a indiqué lundi sur Europe 1 qu'il enverrait "un mot personnel" au député de l'Oise, relaxé jeudi dernier.

Claude Bartolone fait son mea culpa. Le président de l'Assemblée nationale, invité de Jean-Pierre Elkabbach lundi sur Europe 1, a regretté ses attaques contre Eric Woerth lorsque le nom de celui-ci était mêlé à l'affaire Bettencourt. "J'ai eu l'occasion dans le passé d'utiliser des mots que je regrette vis-à-vis de M. Woerth", a reconnu Claude Bartolone. "J'aurai l'occasion de lui envoyer un mot personnel. Ce sera à lui de dire s'il veut faire savoir ce qu'il y a dedans ou pas", a ajouté le président socialiste de l'Assemblée.

"Retour des copains et des coquins". En 2010, à la suite de la révélation de l'affaire Bettencourt par des articles de Mediapart, Claude Bartolone avait taxé Eric Woerth de "symbole du retour des copains et des coquins". L'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy était soupçonné d'abus de faiblesse et de trafic d'influence dans ce dossier. Il a finalement été relaxé jeudi dernier par le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Vendredi sur Europe 1, Eric Woerth a décrit un épisode "compliqué à vivre" et une instruction "souvent à charge". Le député Les Républicains de l'Oise en veut toujours à ses adversaires politiques qui l'ont critiqué à l'époque. Dans Le Parisien, lundi, il déclare notamment que Martine Aubry a été "absolument ignoble quand elle a commencé à accuser (s)a femme". Quant à Arnaud Montebourg, il a été d'une "méchanceté inouïe", selon lui.