Présidence de l'UMP : la campagne est (officiellement) lancée

  • A
  • A
Présidence de l'UMP : la campagne est (officiellement) lancée
@ REUTERS
Partagez sur :

COUP D'ENVOI - Le premier tour du scrutin aura lieu le 29 novembre. D'ici là, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton devront convaincre les adhérents.

Les candidats sont déjà en campagne, certains depuis plusieurs mois. Mais c'est mercredi matin que l'UMP a lancé la campagne officielle pour la présidence du parti. Sans surprise, il y aura trois candidats : Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton ont chacun réuni les 2.681 parrainages d'adhérents nécessaires pour se présenter, ainsi que 13 soutiens de parlementaires. Le premier tour du scrutin, qui se déroulera de manière électronique, aura lieu le samedi 29 novembre prochain, avec un éventuel second tour le 6 décembre.

>> LIRE AUSSI - Le scrutin pour la présidence de l'UMP, ça marche comment ?

>> Voici les trois candidats officiels à la présidence de l'UMP :

Sarkozy septembre 2014 Reuters 1280

© REUTERS

• Nicolas Sarkozy, le favori

Il est incontestablement le favori, du fait de sa forte popularité parmi les militants. Depuis son annonce de candidature, le 19 septembre dernier, Nicolas Sarkozy enchaîne les meetings. Il a dévoilé ses "idées pour la France" dans une interview au Figaro Magazine. Mais le retour de l'ancien président ne s'est pas déroulé aussi bien qu'il l'espérait. Sa cote de popularité a diminué depuis son retour sur la scène publique, au profit de son rival Alain Juppé, tandis que l'enquête sur l'affaire Bygmalion s'est accélérée. Il n'empêche : personne à l'UMP n'envisage sérieusement que l'élection à la présidence du parti puisse lui échapper. L'enjeu, en réalité, réside plus dans le score qu'il réalisera. En 2004, Nicolas Sarkozy avait été porté à la tête de l'UMP en rassemblant 85% des suffrages. Dix ans plus tard, parviendra-t-il à en faire autant ?

>> LIRE AUSSI - Retour de Sarkozy : ce qu'en dit Hollande

le maire 1280

© Europe 1

• Bruno Le Maire, le challenger

Il "y croit plus que jamais", assurait-t-il sur Europe 1 fin septembre. En public, Bruno Le Maire se dit persuadé qu'il va l'emporter. Le député de l'Eure joue la carte du "sang neuf" pour tenter de convaincre les militants de l'UMP de voter pour lui. "Cette élection appartient à l’UMP, à ses militants et je suis certain qu’ils créeront une gigantesque surprise", veut-il croire. Sa candidature a le don d'agacer les sarkozystes qui, en privé, taxent d'ingratitude l'ancien ministre de l'Agriculture.

>> LIRE AUSSI - Le Maire : "je ne suis pas d'accord avec le projet de disparition de l'UMP"

Mariton 28/09/14

• Hervé Mariton, le trublion

Il a été le premier à se déclarer, dès le 5 juin, candidat à la présidence de l'UMP. Le député de la Drôme, qui s'est illustré à la pointe des combats contre le mariage homosexuel, se pose en "candidat de conviction". Il s'agit "de faire des propositions pour l'avenir, d'assurer la cohésion de nos militants et de rassurer nos électeurs", affirmait-il lors de sa déclaration de candidature.