A l'UMP, désormais, les sandwichs sont faits maison

  • A
  • A
A l'UMP, désormais, les sandwichs sont faits maison
@ Reuters
Partagez sur :

Criblé de dette, le parti cherche à faire des économies un peu partout. Et somme ses élus de participer à l'effort de guerre.

L'INFO. À l'UMP, Nicolas Sarkozy est, certes, de retour aux affaires, mais cela n'a en rien résolu les grandes difficultés financières que traverse le parti. Mardi soir, le budget 2015 sera au centre des discussions, et c'est bien le mot rigueur qui sera prononcé le plus souvent. Car avec 70 millions de dettes, l'heure est aux coupes dans les dépenses.

Daniel Fasquelle

Fini les "joyeux anniversaire" par SMS. A l'UMP, qu'on se le dise, un sou est un sou. Daniel Fasquelle, nouveau trésorier de l'UMP (photo), fait la chasse aux gaspillages, et rien ne lui échappe. D'où son surnom d'Oncle Picsou. Du temps de Jean-François Copé, les militants recevaient un SMS du président pour leur anniversaire. Une délicate attention qui, vu son coût, n'a plus cours. L'UMP va en effet réduire de 100.000 euros son budget "réunions et SMS".

Autre source d'économie : Le magazine de l'Union, qui coute 800.000 euros par an à l'UMP. Tout en couleurs et autrefois envoyé gratuitement aux adhérents six fois par an, le journal du parti ne sera désormais plus disponible qu'en version électronique.  Et pour ceux qui en voudront une version papier, il faudra désormais payer un abonnement.

e

Des économies un peu partout. Et comme il n'y a pas de petits profits, dans chaque réunion du mouvement, chacun doit désormais payer son café. Montant de l'addition : un euro, brioche comprise. Seul Nicolas Sarkozy a le droit à "sa" capsule de café. Les croissants et les pains au chocolat ? Oubliés ! Désormais, l'UMP achète de la brioche en sachet pour la ressortir à la réunion suivante. Les jeunes de l'UMP veulent acheter des sandwichs tout prêts ? Pas question, ils devront acheter du pain et du saucisson et les faire eux-mêmes ! Les quatre voitures de fonction à disposition des cadres du parti ? Il n'y en a désormais plus qu'une. Les commandes de sondages ont-elles aussi été drastiquement réduites. Voilà pour le volet dépenses.

Les élus dans le collimateur. Concernant les recettes, Nicolas Sarkozy compte beaucoup sur les élus. Ils sont en effet assez nombreux à ne pas payer leur cotisation. Présidée par Nathalie Kosciusko-Morizet, la commission des statuts, qui travaille sur le futur parti, veut remédier à ce problème et réfléchit à instaurer des sanctions contre les mauvais payeurs. Daniel Fasquelle, lui, leur a adressé un ultimatum : au 1er juillet 2015, il rendra la liste des mauvais payeurs à Nicolas Sarkozy.

>> LIRE AUSSI - Quand Sarkozy reçoit un auditeur d'Europe 1

>> LIRE AUSSI - UMP : une dette abyssale de 74,5 millions d'euros

>> LIRE AUSSI - Salaires, billets d’avion… le train de vie de l’UMP épinglé par un audit

>> LIRE AUSSI - Trois exemples des dépenses folles de l’UMP