A Colombey, François Hollande veut se faire l'héritier du général

  • A
  • A
A Colombey, François Hollande veut se faire l'héritier du général
@ CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

François Hollande ira lundi après-midi à Colombey-les-deux-Eglises se recueillir sur la tombe du général De Gaulle, dont il se revendique de plus en plus.

Dépôt de gerbe au cimetière, visite du domaine de la Boiserie et recueillement devant la croix de Lorraine… Lundi après-midi, le président de la République sera à Colombey-les-deux-Eglises pour rendre hommage au général De Gaulle. La démarche de François Hollande est inédite. En effet, aucun président ou Premier ministre socialistes ne s'était jamais officiellement rendu à Colombey.

Présent dans ses discours et son calendrier. Depuis quelques temps, François Hollande théorise son rapport au général De Gaulle. "Il est la France, il appartient à tout le monde", explique-t-il à ses conseillers. Dans un discours sur deux, le président cite le général. Vendredi, il sera rendra à Versailles admirer une exposition sur De Gaulle. En clair, François Hollande se met en scène et revendique l'héritage. 

La semaine dernière, le chef de l'Etat a entendu Nicolas Sarkozy relancer le débat sur l'identité nationale. En privé, il a commenté : "Moi, ma réponse sur l’identité, c’est l’idée de la France". François Hollande reprend ainsi la fameuse phrase d’ouverture des Mémoires de guerre du général : "Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France". L’un de ses conseillers développe : "C’est une vision ouverte de notre pays" et non crispée ou recroquevillée.

Une "récupération électorale" ? Lors de son quinquennat, Nicolas Sarkozy était allé à Colombey chaque année. L'entourage du chef de file des Républicains fustige François Hollande : "Sa récupération électorale ne trompe personne". Un gaulliste historique de conclure : "Ce n’est pas en s’inclinant devant une tombe qu’on acquiert par magie la stature… Mais ça, ça vaut pour les politiques de gauche comme pour ceux de droite".