43% de bonnes opinions pour Marine Le Pen, une popularité historique

  • A
  • A
43% de bonnes opinions pour Marine Le Pen, une popularité historique
@ Reuters
Partagez sur :

Près de 7 Français sur 10, soit 67% des Français, ne lui font pas confiance pour "gouverner le pays", selon un sondage Odoxa pour Le Parisien publié dimanche.

C'est une popularité historique pour la présidente du Front national. Marine Le Pen enregistre 43% de bonnes opinions. Toutefois, près de 7 Français sur 10, soit 67% des Français, ne lui font pas confiance pour "gouverner le pays", selon un sondage Odoxa pour Le Parisien publié dimanche.

>> A LIRE AUSSI - Six mois après, quel bilan pour les mairies FN ?

67% de bonnes opinions chez les sondés de droite. Selon ce sondage, 56% des personnes interrogées ont une "mauvaise opinion" de Marine Le Pen. Dans le détail, 30% ont une opinion "très mauvaise" et 26% "plutôt mauvaise". A contrario, elles sont 43% à avoir une bonne opinion, 32% "plutôt bonne", 11% "très bonne". 1% ne se prononce pas.

La présidente du parti d'extrême droite obtient 85% de mauvaises opinions chez les sympathisants de gauche et 14% de bonnes. Elle obtient toutefois 67% de bonnes opinions chez ceux de droite et 32% de mauvaises opinions.

>> A LIRE AUSSI - Le Pen : "mon objectif est d’arriver au pouvoir"

Raciste selon 63% des sondés. Près de 8 français sur 10 estiment que le qualificatif "d'extrême droite", qu'elle récuse, s'applique "plutôt bien" à elle, contre 21% "plutôt mal". Elle est aussi jugée "agressive" par 73% des sondés, mais aussi "courageuse", par 72% des sondés. Pour 63% des sondés, elle peut être qualifiée de "raciste".

Elle n'inspire pas la confiance pour gouverner. 67% des sondés ne lui font pas confiance pour "gouverner le pays". 10% lui font "tout à fait confiance" et 23% "plutôt confiance". Quelque 89% des personnes interrogées jugent en outre que Jean-Marie Le Pen "devrait prendre sa retraite de la vie politique", contre 9% "non". 2% ne se prononcent pas. 

>> Enquête réalisée sur internet les 2 et 3 octobre auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas).