Charlie Hebdo : Riss continuera bien à publier des Mahomet

  • A
  • A
Charlie Hebdo : Riss continuera bien à publier des Mahomet
Une couverture de Charlie sur Mahomet, dessinée par Charb@ AFP/MIGUEL MEDINA
Partagez sur :

Riss, le nouveau directeur de la publication, a donné une interview à un magazine allemand, dans lequel il laisse entendre que le personnage de Mahomet n'est pas central dans le travail de Charlie Hebdo. La rédaction du magazine assure que ses propos ont été mal interprétés.

Après le dessinateur Luz, c’est au tour du directeur de la publication de Charlie Hebdo de s’éloigner du personnage de Mahomet. Dans une interview au magazine allemand Stern le 15 juillet, Riss estime que, désormais, "c’est à d’autres" de "protéger le droit à la caricature".

Après la parution de cet article, la rédaction de Charlie Hebdo a contacté les médias français pour faire savoir que les propos de Riss avaient été mal interprétés par le magazine allemand. Le directeur de la publication de Charlie "n'a jamais eu l'intention d'arrêter de dessiner le personnage de Mahomet, si l'actualité s'y prête", mais il n'en "fait pas une obsession".

"Nous avons dessiné Mahomet pour protéger la liberté de dessiner ce qu’on veut. Ce qui est plutôt étrange maintenant, c’est qu’on attend de nous d’exercer une liberté que plus personne n’ose exercer", a dit le directeur du magazine. "Nous avons fait notre boulot", estime-t-il, précisant vouloir "protéger le droit à la caricature".

Après la décision de Luz de quitter l’équipe de Charlie Hebdo, Riss s’était dit "bouleversé" sur Europe 1 et avait fait part de son "envie de continuer" à faire vivre le journal. Le dessinateur de la couverture "post-attentat" de Charlie Hebdo avait expliqué quelques mois après les attaques ne plus avoir envie de dessiner le personnage de Mahomet, dont il s’était "lassé".

Le journal va proposer à la rentrée une nouvelle formule et devrait devenir une "entreprise solidaire de presse" après de longs atermoiements sur le statut que devait prendre la structure. L’équipe du journal devrait bientôt déménager des locaux de Libération dans lesquels ils sont installés depuis la tuerie des frères Kouachi.