Une série sur la transsexualité sur TF1 : "il faut essayer d'élargir nos esprits, d'être tolérants"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'actrice Claire Nebout et la productrice Fabienne Servan Schreiber étaient invitées lundi sur Europe 1 pour défendre leur série, Louis(e), diffusée lundi soir sur TF1.

INTERVIEW

C'est un sujet peu abordé à la télévision. Deux épisodes de la série Louis(e) qui traite de la transsexualité seront diffusés en prime-time lundi soir sur TF1. Cette fiction raconte l’histoire d’une mère de famille qui découvre que la femme qui vient de s’installer en face de chez elle n’est autre que son ex-mari, parti sept ans plus tôt. Celle-ci cherche à reprendre contact avec ses enfants et recouvrer ses droits de parents.

Une femme non transsexuelle dans le rôle principal. A l'écran, ce n'est pas une actrice transsexuelle mais la comédienne Claire Nebout qui incarne le rôle principal : "Des comédiennes transsexuelles ont fait des essais pour le rôle. Peut être que cela n'a pas été assez convaincant", précise Claire Nebout lundi dans le Grand direct des médias, sur Europe 1. "Mais nous avons travaillé tout au long de l'écriture avec des associations transgenres car nous voulions être le plus réaliste possible", justifie pour sa part Fabienne Servan Schreiber, productrice de la série.

"J'ai pensé au destin de cette femme". Pour se glisser dans la peau de Louise, son personnage, Claire Nebout raconte avoir "poussé le curseur de la féminité" mais "sans tomber dans la caricature". "C'est un rôle que l'on travaille en amont. Mon appréhension était d'être à la hauteur de ce personnage", explique l'actrice. "J'ai surtout pensé au destin de cette femme qui a beaucoup travaillé et qui a fait beaucoup de sacrifices pour arriver là où elle est. C'est une héroïne positive. Elle est père de deux enfants. Elle revient chez elle pour s'en occuper. Elle n'est pas au bout de son combat, c'est quelqu'un qui va continuer à se battre pour se faire accepter telle qu'elle est."

"Utiliser la télévision pour des messages positifs". Avant TF1, France 3 avait déjà abordé cette question dans un téléfilm avec Line Renaud. C'était le cas aussi dans certaines séries américaines, comme dans Orange is The New Black. "On ne peut que rendre hommage à TF1 de faire ce pari", souligne Fabienne Servan Schreiber. "Ce n'est pas une tendance, mais on essaye d'aller dans tous les milieux sociaux et d'utiliser la télévision pour donner des messages positifs sur l'être humain, sur la société, sur des minorités qui doivent trouver absolument leur place sur nos écrans à un moment où la société a plutôt tendance à se replier". "Notre société est diversifiée, il faut essayer d'élargir nos esprits, d'être tolérants", ajoute Claire Nebout.