Un jour, un destin : Johnny et son père, relation impossible

  • A
  • A
Un jour, un destin : Johnny et son père, relation impossible
@ REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Partagez sur :

TÉLÉVISION - Dimanche soir, Un jour, un destin fera sa rentrée sur France 2. Au programme : Johnny Hallyday côté intime, un homme face aux douleurs de son enfance.

Décembre 2009, Los Angeles, Johnny Hallyday est plongé dans un coma artificiel. C'est le point de départ du 63ème numéro d'Un jour, un destin que proposera France 2 dimanche à 22h25 avec Laurent Delahousse. Son thème : l'idole des jeunes, et plus précisément ses zones d'ombres. Derrière le personnage flamboyant aux 182 tournées se cache un homme à la solitude douloureuse, en proie aux angoisses quand il n'est pas entouré, aimé, choyé.

Seul aux funérailles de son père. "On va découvrir l'histoire de la bête de scène qu'on connaît mais surtout Jean-Philippe Smet, l'homme blessé par l'absence et le manque d'affection de son père" explique Eva Roque, chef des informations de Télé 7 Jours. Un père qui a abandonné son fils dans sa petite enfance, avant de réapparaître 20 ans plus tard à l'occasion de retrouvailles financées par les paparazzis. Quand il évoque Léon Smet, son père, Johnny parle d'un homme qui l'a "déraciné" par son absence. Et de se souvenir, dans son livre Dans mes yeux (2011), de ses funérailles dans la solitude en 1989. "Quand je l'ai enterré dans le petit cimetière de Schaerbeek, plus de quinze ans avant ce putain de coma dans lequel on m'a plongé, j'étais seul derrière le cercueil. Et moi, quand j'ai failli mourir, je me suis senti seul aussi".

"Il mène sa vie, je m'en fous". "Johnny Hallyday n'a cessé de reprendre contact avec son père pendant des années mais n'a jamais réussi à s'entendre avec lui" poursuit Eva Roque, qui a vu le document de France 2 en avant-première pour Europe 1. Moment fort de la soirée : la diffusion d'une archive, une interview du père de Johnny, un vieil homme, canne à la main, sans le sou. On y entend Léon Smet se dire indifférent au succès de son fils : "Il mène sa vie, il a brillamment réussi, je lui souhaite tout le bonheur mais à part ça je m'en fous !"

Un père qui aura rejeté son fils jusque dans les cadeaux offerts par ce dernier : selon le récit du parolier de Johnny, Léon Smet a mis le feu à l'appartement payé par l'interprète de Retiens la nuit. Dans la foulée, il a revendu les vêtements de luxe reçus d'Hallyday, avant de repartir vivre en Belgique.