“The Island, seuls au monde” : quelle différence avec Koh-Lanta ?

  • A
  • A
Partagez sur :

La chaîne de télévision M6 diffuse mardi soir une nouvelle émission de survie qu’elle veut à l’opposé de sa grande sœur rivale, Koh-Lanta. 

Une île déserte au milieu du Pacifique et des participants qui doivent apprendre à survivre sous l’oeil du téléspectateur. Ça ne vous rappelle rien ? Et pourtant, “The Island, seuls au monde” (voir la bande-annonce ci-dessus), la nouvelle émission de survie de M6 diffusée dès mardi soir, se veut très différente de Koh-Lanta qui cartonne, en ce moment, sur TF1.

Europe 1 vous explique pourquoi.

La vraie solitude. Les 13 hommes âgés de 24 à 71 ans, qui ont été choisis pour cette aventure de survie de quatre semaines, seront réellement seuls. Contrairement à Koh-Lanta où l’équipe de tournage est en contact permanent avec les participants, les aventuriers de The Island doivent se débrouiller tous seuls. “Ils vont apprendre à survivre”, explique à Europe 1 Angélique Sansonnetti la directrice des programmes en charge de la TV chez Shine France qui produit l’émission, “ça veut dire trouver un abri, à boire, à manger et faire du feu”.

Béranger, un soigneur d’otaris de 27 ans, est l’un de ces aventuriers. Il confie à Europe 1 : “trouver de la nourriture est un problème récurrent de chaque minute. Après on a réussi à survivre avec le peu que l’on a trouvé”. William, agent de maîtrise et lui aussi participant, renchérit : “je me suis prouvé que je savais chasser, on apprend aussi plein de valeurs, moi qui avait tendance à beaucoup jeter de nourriture”.

>> Angélique Sansonnetti et Béranger et William au micro de Jean-Marc Morandini : 


The Island, un nouveau programme d'aventurespar Europe1fr

Une aventure filmée par les participants. Pour pouvoir en faire une émission de télévision, il n’y avait donc qu’une solution : que les aventuriers se filment eux-mêmes. Parmi les participants, on compte quatre cameramans mais qui étaient là en tant qu’aventuriers et les autres ont été formés au tournage. Angélique Sansonnetti raconte : “il n’y avait personne de la production sur l’île. A chaque fin de journée, on récupérait les images. On avait un système de boites qui était disposé à un endroit de l’île où les hommes déposaient le matériel usagé et nos équipes techniques remplaçaient ensuite ce matériel usagé par du neuf”.

Ce n’est pas un jeu. Contrairement à Koh-Lanta où les participants sont divisés en deux équipes et doivent s’affronter dans plusieurs épreuves avec à la clé un gros chèque pour le gagnant, The Island n’est pas un jeu. “C’est une émission complètement inédite”, soutient Angélique Sansonnetti. Il n’y a rien à gagner et les participants sont d’abord en compétition avec eux-mêmes.

Les conseils d’un aventurier de l’extrême. Ces conseils de survie qui n’existent pas dans Koh-Lanta seront délivrés par un expert du genre : l’aventurier Mike Horn. En plus d’être le narrateur de l’émission, cet ancien lieutenant des forces spéciales sud-africaines a prodigué une formation en accéléré aux aventuriers. Il interviendra aussi dans l’émission pour délivrer des conseils de survie aux téléspectateurs.

Que des hommes. Alors que chez Koh-Lanta, hommes et femmes participent ensemble, ici, il n’y a que des hommes. Un parti pris qu’Angélique Sansonnetti a eu du mal à défendre au micro de Jean-Marc Morandini. “On est dans la pureté de l’exercice, il n’y a pas d’interférence, pas d’histoire, on est pas dans la télé-réalité”. “La relation homme-femme n’était pas intéressante”, dit-elle encore. La directrice de Shine France n’exclut cependant pas une saison uniquement avec des femmes, comme ce qui s’est déjà fait dans la version anglaise.