TF1-Orange : un bras de fer en questions

  • A
  • A
TF1-Orange : un bras de fer en questions
TF1 et Orange n'ont pas trouvé d'accord avant l'échéance du 31 janvier.@ AFP
Partagez sur :

Faute d’accord de diffusion, TF1 demande à Orange de ne plus distribuer ses chaînes sur ses box. Pour l’instant, la négociation est bloquée et les clients pourraient en pâtir.

CINQ CHOSES A SAVOIR

Il y a de la friture sur la ligne entre Orange et TF1. Jeudi, le groupe audiovisuel présidé par Gilles Pélisson a indiqué ne pas avoir trouvé de nouvel accord de distribution de ses chaînes avec l’opérateur téléphonique. Une rupture qui fait planer la menace d’un écran noir sur les chaînes du groupe (TF1, LCI, TMC, TFX…) sur les box Orange. Une issue que les deux parties semblent cependant déterminées à éviter.

Pourquoi y a-t-il blocage entre TF1 et Orange ?

Lors de son arrivée à la tête du groupe TF1, Gilles Pélisson a pris la décision de renégocier tous les contrats avec les opérateurs pour faire payer la diffusion de ses chaînes. Les négociations avec Orange couraient depuis juillet 2016 mais aucun accord n’a été trouvé avant l’expiration du contrat actuel, le 31 janvier à minuit. "Orange vend nos chaînes mais ne nous verse pas de rémunération comme nous le souhaitons", détaille un responsable de TF1 interrogé par Europe 1. Si aucun terrain d'entente n'a été trouvé avec Orange, TF1 a dans le même temps signé de nouveaux accords avec Bouygues Telecom, mais aussi Altice-SFR.

Du côté d’Orange, on assure que la raison de la rupture est "uniquement financière", l’offre sur la table n’étant "pas raisonnable". "Les propositions qui ont été formulées à Orange dans le cadre de ces négociations sont équivalentes à celles acceptées par Altice-SFR et Bouygues Telecom", rétorque TF1 dans un communiqué. "Notre offre n’est absolument pas délirante", appuie un cadre du groupe. "On veut nous faire payer une chaîne gratuite, déjà financée par la publicité et les audiences. C’est ce principe qui nous dérange", rétorque un responsable de l’opérateur historique, interrogé par Europe 1. "Nous sommes prêts à payer pour des services additionnels, type télé de rattrapage, mais pas pour la diffusion de chaînes gratuites par ailleurs."

Est-ce une première ?

L’an dernier, TF1 avait connu une situation similaire avec SFR. Pendant près d’un an, les négociations entre les deux groupes n’avançaient pas et en septembre, TF1 a suspendu l’accès à MYTF1 sur les box TV de l’opérateur au carré rouge. Impossible pour les abonnés de rattraper ou revoir les programmes des chaînes du groupe audiovisuel. Début novembre, TF1 et SFR sont finalement parvenus à un accord : en plus de la diffusion des chaînes du groupe, l’opérateur proposera à ses clients une offre de replay allongée à 30 jours et enrichie avec des avant-premières de programmes.

C’est cette même offre "TF1 Premium" qui a été proposée à Orange en juillet 2016. Au sommet de la tour TF1, on fait valoir la bonne volonté montrée pendant les négociations : après de multiples échanges et "afin de favoriser la conclusion d’un nouvel accord, le groupe TF1 a accepté de prolonger à nouveau jusqu’au 31 janvier 2018 les accords de distribution avec Orange", a rappelé le groupe dans un communiqué. En vain, puisque les deux parties sont restées inflexibles.

Quelles conséquences pour les clients d’Orange ?

Jeudi matin, les abonnés Orange possédant une box TV n’avaient plus accès à la plateforme de replay MYTF1. A la place s’affiche un message d’information du groupe TF1 relatif à l’absence d’accord. "Nous vous prions d’accepter nos excuses pour cette interruption indépendante de notre volonté et que nous espérons temporaire", explique le message.

Si le replay n’est plus accessible, en revanche les chaînes sont toujours visibles. "Nous ne demandons pas à Orange d’arrêter de diffuser nos chaînes mais de cesser de les vendre dans son offre TV", explique à Europe 1 un responsable du groupe TF1. Concrètement, le groupe dirigé par Gilles Pélisson souhaite que ses chaînes ne soient plus proposées dans les offres TV + Internet d’Orange.

Dans un communiqué, Orange affirme "regretter" que ses clients soient "pris en otage" par l’absence d’accord. Pour autant, l’opérateur ne s’inquiète pas d’une hypothétique fuite des clients. "Cette rupture temporaire n’est pas un motif de résiliation de contrat valable puisqu’elle n’est pas de notre fait", indique-t-on. "De toute façon, peu de gens sont prêts à résilier leur abonnement pour une seule chaîne de TV qui ne serait pas disponible temporairement", ajoute-t-on. D’autant plus que même si TF1 venait à être coupée, la chaîne resterait visible via la TNT (intégrée aux télévisions modernes) ou sur le site et l’application du groupe.

Que vont faire TF1 et Orange ?

Un bras de fer semble désormais se profiler. "Le groupe TF1 regrette qu’en janvier 2018 aucun accord n’ait été trouvé avec Orange. Constatant qu’Orange poursuit l’exploitation commerciale de ses chaînes sans contrat, le groupe TF1 entend utiliser tous les moyens juridiques à sa disposition pour faire valoir ses droits", explique le groupe dans un communiqué. "Orange n’a plus de contrat. Ils sont en contrefaçon et se mettent dans une position compliquée sur le plan juridique", précise à Europe 1 un responsable de TF1.

Toutefois, Orange ne souhaite pas céder à la pression. "Tant que TF1 ne se montre pas plus agressif et ne nous assigne pas en justice, nous continuerons de diffuser", avance un responsable de l’opérateur interrogé par Europe 1. Une bataille juridique est-elle envisageable ? "Nous réfléchissons aux différentes procédures possible et l’assignation en fait partie", confirme-t-on au sein de TF1.

"L’objectif pour nous, c’est évidemment de continuer à négocier et d’arriver à un accord équilibré", maintient malgré tout cette source. Même discours du côté de l’opérateur : "Depuis le début, nous avons toujours été prêts et disponibles pour la négociation. C’est encore le cas pour la suite, à condition de discuter sur des bases raisonnables". Les acteurs vont donc se remettre autour de la table. Quand ? "C’est un peu tôt pour répondre", nous dit-on chez Orange. Il est impensable qu’Orange et TF1 ne parviennent pas à un accord. Reste à savoir si c’est l’opérateur qui cédera aux conditions financières de la chaîne ou si à l’inverse, TF1 fait  des concessions à Orange pour retrouver sa visibilité et son audience.

Qui a le plus à perdre ?

Sur cette question, les deux acteurs se renvoient la balle. A première vue, TF1 semble le plus à même de pâtir de la situation. Le groupe aurait en effet beaucoup de mal à se passer des audiences des utilisateurs d'Orange qui représentent, rien que sur le replay, 100 millions de vues par an. Orange apporte au groupe TF1 près de 30% de son audience totale : 25% pour le navire amiral et quelques points en plus pour les autres chaînes. "On ne peut pas se passer d'un quart de son audience", pointe un autre opérateur.

Sans surprise, ce n’est pas l’avis des responsables de la tour TF1. "Si Orange n’a pas coupé nos chaînes, c’est qu’ils ont beaucoup à y perdre", lâche un cadre. En effet, TF1 reste la chaîne la plus regardée en France avec 20% de part d’audience, ce qui en fait un produit d’appel important pour les box TV. On pense aussi à certains programmes des chaînes "annexes" comme l’émission Quotidien, sur TMC, regardée chaque jour par plus de 1,2 million de téléspectateurs. Si la rupture venait à durer, certains clients pourraient perdre patience et aller voir ailleurs.