Quels tarifs si Canal+ s’associe à BeIN Sports ?

  • A
  • A
Quels tarifs si Canal+ s’associe à BeIN Sports ?
@ CRISTINA QUICLER / AFP
Partagez sur :

CONSO - Le groupe de télévision à péage et le bouquet de chaînes sportives envisagent de se rapprocher. Quels seraient les changements pour les clients ?

Les amateurs de sport à la télévision doivent-ils s’inquiéter ? Ces derniers sont en tout cas en droit de se poser des questions depuis que Canal+ a annoncé jeudi avoir entamé des discussions pour se rapprocher de BeIN Sports, afin de devenir le diffuseur exclusif du bouquet payant de chaînes sportives. Si cette union ferait les affaires de la chaîne cryptée, qui a perdu la plupart de ses droits sportifs et voit ses abonnés s’en aller depuis 2012, les conséquences pour les abonnés à BeIN Sports sont plus incertaines. Le Figaro daté de vendredi avance néanmoins qu’une nouvelle tarification, allant de 13 à 40 euros par mois, est en préparation.

Pour les abonnés actuels à BeIN Sports. A priori, rien ne changerait pour les clients qui sont déjà abonnés à BeIN Sports, y compris ceux qui passent par les box d’Orange, Free, SFR/Numericable ou Bouygues. D’après les informations du Figaro, ces derniers n’auraient pas besoin de s’abonner à Canal+ pour conserver les chaînes de BeIN Sports et continueraient à payer 13 euros par mois. En effet, le succès du groupe qatarien tient beaucoup à son tarif, qui lui a permis de séduire des consommateurs jeunes et moins fortunés que la moyenne. Les obliger à passer par Canal+ et ses tarifs bien plus élevés provoquerait un exode de la clientèle, avec le risque que cette dernière se tourne vers le streaming illégal.

Pour les abonnés actuels à Canal+. Il n’y a, là aussi, aucun changement en perspective, du moins à court terme. Leur abonnement à 40 euros par mois resterait inchangé et BeIN Sports serait toujours en option, moyennant 13 euros par mois.

Pour les abonnés aux deux services. Puisque rien ne changerait pour les abonnés à chacun des deux services, ce serait aussi le cas pour ceux qui cumulent les bouquets télévisuels. Ce qui est pour le coup un peu plus embarrassant : ce double abonnement ne donnerait droit à aucune réduction. La facture resterait donc à 53 euros par mois.

Cette situation ne devrait cependant être que temporaire. Au Royaume-Uni, où le paysage des médias sportifs a aussi beaucoup évolué, le nouveau propriétaire des droits de la Premiere League et de la Ligue des champions est un certain British Telecom. Et ce dernier offre aux abonnés à ses chaînes sportives une réduction s’ils sont aussi abonnés à son offre internet ou mobile.

Pour ceux qui ne sont abonnés à rien aujourd’hui. Pour ces derniers, la situation risque en revanche d’évoluer sensiblement. A en croire Le Figaro, il ne sera pas possible de s’abonner à BeIN Sports sans passer par Canal+. Les nouveaux abonnés devront donc payer le prix fort, même s’ils ne sont pas intéressés par les chaînes du groupe Canal+. Une vente groupée qui risque de décourager plus d’un consommateur et peut paraître suicidaire, sauf si les deux groupes arrivent à s’entendre avant le mois de juin. Car BeIN Sports sera le seul groupe à diffuser l’intégralité de la Coupe d’Europe de football et sera alors très attractif, ce qui pourrait faire oublier les tarifs bien plus élevés de Canal+.

Mais cette situation ne serait que temporaire : à moyen terme, la chaîne cryptée devrait proposer de nouveaux packs thématiques, dont certains consacrés au sport. Les tarifs seraient alors compris entre 13 à 40 euros par mois toujours selon Le Figaro. Le premier prix donnerait accès à BeIN Sports seulement, tandis que les autres offres comprendraient les chaînes sportives de Canal+ en plus, voire toutes ses chaînes. L’amateur pourrait alors avoir accès à toute la Ligue 1, au Top 14 et à la Formule 1, les derniers joyaux que possède Canal+. Pour le championnat anglais, il faudra en revanche se tourner vers SFR/Numéricable dès la rentrée 2016.

Les questions qui se posent. Ces pistes ne seront valables que si l’Autorité de la Concurrence accepte le rapprochement entre Canal+ et BeIN Sports. Un feu vert loin d’être acquis puisque le gendarme de la concurrence doit vérifier que les consommateurs ne soient pas les grands perdants de cette opération.

Outre cette incertitude, deux questions se posent. Qu’en est-il de l’offre BeIN Sports uniquement accessible sur ordinateur et tablette, baptisée BeIN Sports Connect ? Cette dernière coûte aussi 13 euros par mois et on voit mal pourquoi il faudrait passer par Canal+ pour accéder à un service en ligne, et non accessible via une box ou un bouquet télévisuel.

Autre détail qui aura son importance : quelle sera la durée de l’engagement pour les abonnés ? Chez BeIN SPORTS, le client ne s’engage que pour un mois et peut donc facilement résilier son abonnement. C’est d’ailleurs l’une des explications du succès de son offre. Chez Canal+, les choses sont en revanche plus compliquées : l’engagement est de 12 mois et il ne faut pas rater la date anniversaire pour résilier son contrat, sous peine de repartir pour une année supplémentaire et 480 euros. Si BeIN Sports doit s’aligner sur les pratiques de Canal+, son offre risque d’être bien moins tentante.