Présidentielle : le CSA réservé sur le débat à cinq sur TF1 le 20 mars

  • A
  • A
Présidentielle : le CSA réservé sur le débat à cinq sur TF1 le 20 mars
Le CSA avait été saisi par Nicolas Dupont-Aignan.@ Montage AFP
Partagez sur :

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel n'est pas convaincu par le débat que souhaite organiser TF1. Il demande des garanties.

Le débat prévu par TF1 avec les "grands" candidats à la présidentielle fait encore débat... Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel s'est dit réservé mercredi sur l'organisation le 20 mars par la première chaîne d'un débat avec les cinq "grands" candidats à la présidentielle et a demandé à la chaîne des garanties pour assurer l'équité du temps de parole avec les autres candidats.

Le CSA saisi par Dupont-Aignan. "Le CSA s'interroge sur l'opportunité de maintenir l'organisation de ce débat à la date retenue", écrit le régulateur de l'audiovisuel au président de TF1 Gilles Pélisson, dans une lettre publiée sur internet. Le CSA avait été saisi du sujet par Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout la France, scandalisé d'être écarté du débat prévu par la chaîne avec Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen. 



La "responsabilité éditoriale" de TF1. "Le choix d'une chaîne d'organiser un débat n'associant qu'une partie des candidats déclarés relève de sa responsabilité éditoriale. Toutefois il incombe à la chaîne de veiller à ce que ce choix n'entraîne pas une méconnaissance du principe de l'équité de traitement entre l'ensemble des candidats", estime le CSA. La date de ce débat "peut rendre cette obligation particulièrement difficile à respecter" car elle se situera à la fin de la première période de la campagne, qui se termine au moment de la publication de la liste des candidats par le Conseil constitutionnel (20 ou 21 mars).

Équité du temps de parole. Pendant cette période, les chaînes doivent respecter une équité du temps de parole des candidats, c'est-à-dire reflétant leur poids électoral, au vu des sondages et du nombre d'élus de leur parti, notamment. Or, à cette date, "aucun rattrapage en cas de déséquilibre ne serait possible", poursuit le CSA. Il demande donc à TF1 de "lui communiquer par écrit les éléments de programmation précis (temps d'intervention et horaires de programmation notamment) relatifs à l'intervention des candidats qui ne participeront pas au débat, ainsi que de leurs soutiens".

TF1 a, de son côté, expliqué que les candidats écartés du débat du 20 mars seraient reçus dans un module de 10 minutes prévu au sein du JT de 20 heures.