Penelope Fillon : ce que contient l'"interview oubliée" retrouvée par Envoyé spécial

  • A
  • A
Partagez sur :

"Envoyé spécial" diffusera jeudi soir des extraits d'un entretien de 2007 où Penelope Fillon confie n'avoir "jamais été l'assistante de [son] mari".

INTERVIEW

Envoyé spécial, le magazine d’Elise Lucet s'apprête à faire de nouvelles révélations dans l’affaire sur les rémunérations versées à Penelope Fillon. Les équipes de France 2 ont en effet retrouvé une interview filmée de l’épouse du candidat de la droite, datée de 2007, où celle-ci affirme n’avoir jamais travaillé pour son mari.

"On a mis plusieurs jours pour récupérer les rushs". "On a appelé ça l’interview oubliée, parce que c’est une interview qu’elle a donnée au moment où son mari était nommé à Matignon", explique Elise Lucet au micro du Grand Direct des Médias sur Europe 1. "C’est une interview qui intéressait beaucoup le Sunday Telegraph, un journal britannique qui se demandait comment cette Galloise allait vivre le fait d’être au côté du Premier ministre français. On a vu qu’elle parlait beaucoup d’elle, on s’est dit qu’il serait intéressant de retrouver cette interview. Il n’y avait pas grand-chose dans la presse écrite, mais on savait qu’elle avait été filmée. On a mis plusieurs jours pour récupérer les rushs, ça a été assez compliqué", explique encore la rédactrice en chef d'Envoyé spécial.

La journaliste décrit "une conversation à bâton rompu" où Penelope Fillon "dit très clairement à un moment de l’interview qu’elle n’a jamais été l’assistante de son mari, ou quoique ce soit de ce genre, et qu’elle ne s’est jamais occupée de sa communication". 

"La défense de François Fillon est mise à mal". " 'Je n’ai jamais été l’assistante de mon mari ni quoique ce soit de ce genre, et je ne me suis pas non plus occupé de sa communication', voilà très exactement ce qu'elle dit", insiste Elise Lucet au micro d'Europe 1. "Or, on est en 2007 et à ce moment précis elle a déjà été assistante parlementaire pendant au moins 4 ans, voir 6 ans, et payée comme tel, donc ça pose un vrai problème parce que ça met à mal la défense de François Fillon qui n’a cessé de dire que Penelope Fillon avait bien travaillé à ses côtés. Or, elle-même dit qu’elle ne travaillait pas à ses côtés, donc la défense de François Fillon est mise à mal".

Pour l'ex-présentatrice du 13 heures de France 2, cet entretien donné en anglais est sans équivoque possible. "On a fait vérifier la traduction douze fois, par chacun de mes journalistes qui sont tous bilingues. On a quand même appelé des Britanniques qui ont re-re-regardé l’interview. Sur une phrase comme celle-ci, on ne peut pas voir la moindre hésitation. On a fait appel à sept traducteurs différents, il n’y a pas d’ambiguïté possible. Aucune".

Silence dans l'équipe de campagne. En partie informée de ces nouvelles révélations, l'équipe de François Fillon n'a pas souhaité donner suite aux sollicitations des équipes de France télévision. "Je suis en contact avec l’entourage de François Fillon depuis plus d’une semaine, je leur ai proposé d’avoir Penelope Fillon en direct sur le plateau, je leur ai même proposé de retarder l’enregistrement d’Envoyé Spécial. Ils savent très bien que l’on est preneur d’une interview de Penelope Fillon", indique Elise Lucet. "On n'a pas dit à l’équipe de François Fillon, parce que l'on avait un embargo jusqu’à minuit, ce que l’on avait exactement, mais il savait que l’on travaillait dessus, qu’il y allait avoir de nouvelles révélations, et ils n’ont pas repris contact avec nous".