La presse écrite continue de souffrir

  • A
  • A
La presse écrite continue de souffrir
@ BERTRAND GUAY/AFP
Partagez sur :

MEDIA - Journaux et magazines continuent de faire face à une baisse des ventes et à la concurrence d'internet. Dans certaines catégories, la chute est sévère.

Comment se porte la presse ? Sans surprise, pas très bien avec des ventes et des revenus en baisse continue depuis plusieurs années. Mais dans ce sombre contexte, l'année 2014 fut moins mauvaises que d'autres : le nombre d'exemplaires vendus en kiosques a reculé de 7,7%, selon une étude du distributeur Presstalis. Etat des lieux d'une presse écrite toujours mal en point.

Ventes en baisse et prix en hausse. Côté pile, les ventes au numéro en kiosque ont reculé de 7,7% en 2014. Côté face, cette baisse est bien moindre qu'en 2013, synonyme d'une chute de 10,5%. Confrontés à cette baisse et faute de trésorerie pour tenir le coup, journaux et magazines n'ont eu d'autre choix que d'augmenter leurs tarifs, d'environ 2,5% en moyenne.

Ceux qui ont le plus souffert (et internet n'y est pas pour rien). Ce n'est probablement pas un hasard si les publications dont les ventes ont le plus reculé sont aussi celles qui sont le plus concurrencées par Internet. LeBonCoin revendique près de 700.000 annonces publiées par jour ? Les journaux de petites annonces ont vu leurs ventes dévisser de 52,3%. Six des 100 sites internet les plus visités en France en 2014 sont consacrés au porno ? La presse adulte a vu ses ventes chuter de 20% sur la même période. On retrouve aussi dans cette catégorie la presse informatique (-18,8%), les journaux pour ados (-17,4%), ainsi que les magazines consacrés à la nature et au tourisme (-15,1%).

La presse d'information n'a pas été épargnée. Les quotidiens nationaux ont subi une nouvelle chute de 9,3% du nombre d'exemplaires vendus, même si cette chute est moindre qu'en 2013 (-13,1%). Les magazines d'actualités ont connu un sort similaire avec des ventes en baisse de 3,6%, même si ce chiffre doit être nuancé : cette catégorie inclut la presse people, dont les ventes ont progressé. Sans cela, la chute des ventes de L'Express, L'Obs, Le Point, Marianne, etc. serait encore plus importante.

Ceux qui s'en sortent. Si beaucoup perdent du terrain, d'autres publications arrivent à résister et même à voir leur ventes progresser. C'est notamment le cas de la presse masculine (+10,7%), qui multiplie les titres et dont le contenu ressemble de plus en plus à ses homologues féminins que sont Elle, Vogue ou encore Cosmopolitan.

Autre catégorie qui a traversé l'année 2014 sans encombres : les magazines de sport (+2,4%), qui ont notamment bénéficié de l'effet Mondial de football au Brésil, sans oublier les Jeux olympiques d'hiver à Sotchi.

Les kiosquiers, victimes collatérales. Ce recul continue des ventes n'est pas sans conséquence pour les kiosquiers, dont le nombre recule également. Quelque 950 points de presse ont fermé en 2014, soit 3,5% du total: il n'en reste que 25.870, a souligné Presstalis.