Koh-Lanta : l'arrêt du tournage "est une décision irresponsable", estime Me Jérémie Assous, avocat du candidat accusé

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le tournage de la dernière saison de "Koh-Lanta" a été annulé après qu'une candidate a accusé un autre d'agression sexuelle. L'avocat de ce dernier se dit très en colère par rapport à la société productrice du jeu d'aventure.

INTERVIEW

La garde à vue d'Eddy G., accusé d'agression sexuelle par une candidate de la saison 19 de Koh-Lanta, a été levée en début de semaine. Mais le tournage, arrêté le 5 mai, jour des faits incriminés, ne reprendra pas. Invité de Village Médias mercredi sur Europe 1, Jérémie Assous, l'avocat de l'aventurier soupçonné, ne décolère pas. "J'en veux beaucoup à la production. C'est elle le principal responsable", dénonce le conseil, spécialiste des affaires liées à la télé-réalité.

"Aucun des témoins n'a mis en cause Eddy". Me Assous accuse notamment la société productrice de Koh-Lanta, Adventure Line, d'avoir fait de la rétention d'informations. "Ça se passe le 4 ou 5 mai, ils mettent une semaine pour annoncer publiquement qu'ils arrêtent l'émission, alors qu'ils avaient arrêté le tournage immédiatement. (…) Il y avait des témoins. Ce sont des équipes de sept et ils dorment tous ensemble. En excluant les protagonistes (Eddy G. et son accusatrice, Candide Renard, ndlr), ces cinq personnes ont toutes été entendues par la production. Aucun des témoins n'a mis en cause Eddy. Pourquoi n'ont-ils pas immédiatement dit qu'il y avait cinq personnes ?", s'agace le conseil.

L'arrêt du tournage, une décision "disproportionnée". Mais ce qui irrite le plus Jérémie Assous, c'est la "précipitation" avec laquelle la société de production a décidé de l'arrêt du tournage. Selon lui, il s'agit ni plus ni moins que d'"une très mauvaise décision", "totalement irresponsable, prise dans la précipitation et infondée". Il illustre : "Si une maquilleuse de BFM accuse un cadreur d'avoir essayé de l'embrasser dans le vestiaire, vous pensez véritablement qu'Alain Weill (PDG de NeXtRadioTV, propriétaire de la chaîne, ndlr) va fermer BFM le temps de l'enquête ? C'est totalement disproportionné. Ça donne un écho, une puissance, et ça confère une véracité inconsciente aux accusations", peste-t-il.

"L'agression sexuelle est une qualification juridique qui va d'une main baladeuse à un viol avec arme. En l'espèce, ce que reproche Candide, qui est totalement faux et infondé, c'est le fait qu'Eddy ait tenté de l'embrasser et glissé la main sous son pull, donc on est très loin de faits criminels", fait-il valoir.

Adventure Line "a fait une énorme erreur". Pour l'avocat, il existait pourtant "des solutions alternatives très simples" permettant d'éviter l'arrêt du tournage. "Ils pouvaient parfaitement sortir les deux participants. Il y a toujours des remplaçants", soutient-il. S'appuyant sur la remise en liberté de son client, Me Assous considère qu'Adventure Line "se rend compte qu'elle a fait une énorme erreur". Dès lors, il estime que pour se donner une contenance, la production "judiciarise au maximum l'affaire". "Ce sont eux qui communiquent, eux qui donnent des informations complètement erronées", insiste Jérémie Assous.