JO 2024 : l'épineuse question des droits TV en France

  • A
  • A
JO 2024 : l'épineuse question des droits TV en France
@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le groupe France Télévisions, diffuseur historique, n'est pas certain de s'assurer les droits de retransmission de l'événement.

Les Jeux olympiques 2024 sont dans sept ans. C'est encore loin, mais pour les droits de diffusion TV, tout va se jouer maintenant. Et pour la première fois, les chaînes ne vont pas négocier avec le CIO.

Des droits à 1,3 milliard d'euros. En Europe, c'est Discovery qui possède les droits de diffusion pour les prochains Jeux olympiques. Il y a deux ans, le groupe américain a en effet acheté les droits télé, Internet et mobile des JO de 2018 à 2024, soit quatre éditions, été et hiver. Un achat pour 1,3 milliard d'euros. Pour l’instant, c'est donc ce groupe qui a tous les droits des Jeux 2024, qui devraient se dérouler à Paris. La conséquence numéro 1 pour le téléspectateur, c’est que les JO seront diffusés sur Eurosport, chaîne payante, car elle est détenue par Discovery.

Discovery, interlocuteur n°1. Mais que les téléspectateurs français se rassurent : l’accord entre le CIO et Discovery prévoit que les droits soient revendus à des chaînes en clair. Et pour la première fois, ces dernières ne vont pas négocier avec le CIO directement, mais avec Discovery. Selon nos informations, le groupe a déjà fait un premier tour de table de toutes les grandes chaînes, au printemps dernier, de France Télévisions en passant par TF1, jusqu'à M6.

France Télévisions et TF1 veulent les droits. La note promet d'être salée pour les chaînes concernées. En interne, on parle de sommes stratosphériques. Discovery veut évidemment retomber sur ses pattes après son énorme investissement d’1,3 milliard d'euros. Évidemment, France Télévisions, diffuseur historique, s'est positionné. La présidente Delphine Ernotte a déjà dit qu’elle ferait tout pour avoir tout ou une partie des Jeux. Sauf que la semaine dernière, TF1 a aussi publiquement déclaré son intérêt. On sait que le PDG du groupe, Gilles Pélisson, adore le sport. Le scénario catastrophe pour France Télévisions, ce serait que TF1 sorte d’emblée un gros chèque.