Tavernost : "beaucoup de chances que Paris Première ferme dans deux ans"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le patron de M6 Nicolas de Tavernost était lundi l'invité d'Europe 1 lundi matin. L'occasion pour lui de mettre en garde contre la fermeture de la chaîne du groupe M6.

INTERVIEW

Le CSA examine lundi les demandes de passage de la TNT gratuite à la TNT payante, dont celle de Paris Première. Une demande vitale pour la chaîne, selon Nicolas de Tavernost, le président du directoire du groupe M6, propriétaire de la chaîne. "Paris Première n'a aucun avenir sans publicité. Si ça ne marche pas, il y a beaucoup de chance que Paris Première ferme dans deux ans", estime le dirigeant, invité d'Europe 1 lundi matin de la matinale de Thomas Sotto.

"Le service public gère-t-il bien les moyens ?" Nicolas de Tavernost est également revenu sur l'abandon par le gouvernement du retour de la pub après 20h sur la télévision publique. "Le service public justifie sa position que s'il a une différence avec le service commercial. Sinon ce n'est pas la peine d'avoir un service public. Parmi ces différences, cela peut être l'absence de pub après 20h. Il faut une règle assez simple : la publicité finance les services privés et commerciaux, et la redevance finance le service public".


Tavernost (M6) : "le service public n'a pas le...par Europe1fr

Selon le patron de M6, "Il faut se poser la question : le service public gère-t-il bien les moyens ?" "Le service public, aussi bien à la radio qu'à la télé, a autant d'argent que l'ensemble de ses partenaires commerciaux. Il y a certainement un moyen de faire des économies. Il y a 640 millions d'euros, 5.000 personnes pour faire l'information par exemple", souligne-t-il.



"Si Claire Chazal veut venir..." Interrogé sur l'avenir de Claire Chazal, écartée de la présentation des JT de TF1, Nicolas de Tavernost assure ne pas fermer la porte. "J'ai cru comprendre qu'elle resterait dans le groupe TF1. Si elle souhaitait venir travailler avec nous, on y regardera avec beaucoup d'attention".