Gad Elmaleh a touché le jackpot avec ses pubs LCL

  • A
  • A
Gad Elmaleh a touché le jackpot avec ses pubs LCL
0 partage

JACKPOT - Le magazine "Capital" révèle dans son dernier numéro combien gagnent les humoristes apparaissant dans des publicités.

Gad Elmaleh vantant sur scène les mérites de LCL. Cette scène, vous l'avez aperçue plus d'une fois à la télévision. Son apparition dans un faux-sketch bien orchestré lui a d'ailleurs valu quelques railleries de la part des internautes. Comme lui, nombreuses sont les personnalités, notamment des humoristes, qui se prêtent docilement au jeu de la publicité. Et pour cause… ça rapporte gros, nous apprend le magazine Capital

Comiques… mais les pieds sur terre ! Si la Matmut "assure", de toute évidence elle assure aussi côté rétribution de ses acteurs vedettes. Les deux humoristes Chevallier et Laspalès, mascottes de l'assureur depuis 2003, toucheraient 900.000 euros par an pour prêter leur voix aux spots radios, "via leur société commune Pipo et Mario", précise Capital. Gad Elmaleh pour ses simples apparitions à la télévision, dans des publicités LCL, aurait touché 450.000 euros. Le tournage des sept spots publicitaires a duré trois jours.  

Dans un faux sketch, devant un public de figurants, Gad Elmaleh évoque sa banque idéale :



Publicité LCL avec Gad Elmalehpar puremedias

Eric Judor, l'acolyte de Ramzy Bedia, arrive en bonne place au rang des jolis cachets : il toucherait 400.000 euros pour ses clips EDF, dont il est tout de même l'auteur, le réalisateur et l'interprète. Quant à Laurent Gerra, qui a remplacé Johnny Hallyday au micro pour le fameux " Optiiiic 2000", il aurait gagné 200.000 euros.

Gagnant gagnant ? Si les publicitaires sont prêts à engager de telles sommes pour quelques jours de tournage, c'est évidemment parce qu'associer leur marque à la notoriété de ces rois de l'humour leur rapporte. Le directeur de la communication de la Matmut se félicite, dans les colonnes de Capital,  d’avoir "boosté le taux de notoriété spontané du groupe d’assurances, évalué à 80%".