Fabien Lecoeuvre : "Barclay trouvait que Balavoine était trop enveloppé"

  • A
  • A
Fabien Lecoeuvre : "Barclay trouvait que Balavoine était trop enveloppé"
Fabien Lecoeuvre
Partagez sur :

Fabien Lecoeuvre, spécialiste de la chanson, vient de sortir le livre "Balavoine, la véritable histoire". Il était l'invité de Jean-Marc Morandini, ce jeudi.

INTERVIEW

L'emblème d'une génération. La caractéristique colle à la peau de Daniel Balavoine, décédé il y a trente ans déjà. "Son discours est très actuel. Balavoine aimait la chanson plus que tout, il n'aimait pas le star-system. Il aimait Dieu, mais pas ce qu'en ont fait les hommes. Il aimait la politique mais pas les partis politiques, c'est à dire qu'il était en paradoxe avec son temps", décrit le spécialiste de la chanson française, Fabien Lecoeuvre. L'écrivain était l'invité de Jean-Marc Morandini dans le Grand direct des médias à l'occasion de la sortie de son ouvrage "Balavoine, la véritable histoire" aux éditions du Rocher. 

Face avec Mitterrand. Le spécialiste raconte ce moment culte de télé face à François Mitterrand durant le journal télévisé de Patrice Lecoq, le 19 mars 1980 : Daniel Balavoine prend la parole en colère. Il était "très énervé parce que pour faire un JT de 13 h, il faut se lever très tôt. Pour un artiste, c'est compliqué. Ensuite, il a fallu qu'il se rase. Il n'aimait pas ça. On l'a aussi fait patienter jusqu'à la fin du JT et on ne lui a laissé qu'une minute trente."

Face à Voulzy. Daniel Balavoine débarque à Paris en 1971 pour passer une audition. Il se retrouve finaliste face à Laurent Voulzy. "Voulzy n'a pas été choisi parce qu'il avait un goût trop pop anglaise et Balavoine était l'homme idéal, avec une voie très aiguë." 

"Pas assez beau, trop enveloppé". Le Chanteur est son premier succès. "C'est une chanson écrite très vite, en même pas une heure, à la pause déjeuner", explique Fabien Lecoeuvre. Le spécialiste explique la genèse peu connue de la chanson : il a réécouté Je me voyais déjà d'Aznavour. Avant de devenir Le chanteur, la chanson s'appelait "Je voudrais bien réussir ma vie". C'est la même chanson que celle d'Aznavour quinze ans plus tard. Avant Le Chanteur, Eddie Barclay avait déjà produit deux albums qui n'avaient pas bien fonctionné. Le producteur n'aimait pas Balavoine. Il ne le trouvait pas beau et un peu enveloppé. D'où les paroles du chanteur : "Je voudrais bien réussir ma vie, être beau..." 

Retrouvez l'extrait de l'émission : 

http://www.europe1.fr/emissions/l-invite-medias/lecoeuvre-balavoine-etait-en-paradoxe-avec-son-temps-2646339