Débat : Bouleau et Pujadas "sacrifiés au nom de la parité", reconnaît Jakubyszyn

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

D'abord annoncé à la présentation du débat de l'entre-deux-tours, David Pujadas et Gilles Bouleau au finalement été écartés à la faveur de Nathalie Saint-Cricq et de Christophe Jakubyszyn.

INTERVIEW

C’est un duel politique inédit, aussi bien du côté des candidats que de celui des arbitres. Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq animeront pour la première fois mercredi le traditionnel débat de l’entre deux tour, en remplacement de Gilles Bouleau et David Pujadas, d’abord annoncé puis évincés après la demande du camps d’Emmanuel Macron, souhaitant un duo mixte aux manettes. "Ils ont été sacrifiés au nom de la parité", reconnaît Christophe Jakubyszyn au micro du Grand Direct des Médias d'Europe 1. "J’ai été sincèrement, extrêmement triste pour Gilles. Mais, comme d’habitude, il a été tout de suite formidable. Il m’a dit : 'Tu vas le faire, tu vas très bien le faire, je suis content pour toi'", explique le journaliste. 

Une solution de secours. "La solution qui était la plus satisfaisante pour tout le monde, qui a la fois respectait la parité et était logique, était de proposer aux deux chefs politiques de France 2 [Nathalie Saint-Cricq, ndlr] et de TF1 [lui-même, ndlr]", explique Christophe Jakubyszyn, qui dit ne pas avoir eu vent de l'information rapportée par Le Parisien, et selon laquelle le nom d'Anne-Claire Coudray, proposé par TF1, a été rebuté par l'équipe de Marine Le Pen, estimant la présentatrice des 20 heures du week-end de TF1 trop proche d'Emmanuel Macron. 

Un moment historique. "On espère que le plan B fera l'affaire", plaisante le journaliste de TF1 qui reconnaît toutefois avoir le trac face à l'enjeu. "C’est un moment historique quoiqu’il arrive, très rare, tous les cinq ans. Quand on est désigné pour le conduire, on a un peu la pression". "J’ai rêvé de plein de choses mais de ça, pas encore", souffle-t-il.