Comment l’élection de Miss France est devenue un show

  • A
  • A
Comment l’élection de Miss France est devenue un show
@ Benjamin Decoin / SIPA / TF1
Partagez sur :

Samedi, les téléspectateurs de TF1 éliront la 85ème Miss France. Un concours diffusé à la télé depuis 27 ans et dont les codes ont beaucoup évolué. 

“Toutes les princesses de beauté se sont pacifiquement affrontées avec pour seules armes celles dont les a pourvues une nature plus qu’aimable”. Voici le commentaire des premières images filmées du concours Miss France, le 1er janvier 1948. Yvonne Viseux devient ce jour-là la 20ème Miss France, après 5 ans sans concours, guerre oblige. 

Pendant 40 ans, la télé ne s’intéresse à Miss France que dans les reportages de FR3 pour couvrir les élections dans les régions. Le 31 décembre 1986, le comité des reines de beauté passe à la vitesse supérieure avec un sacre en direct pour Miss France 1987 : pendant 10 ans, le concours cherche ses marques, avant de devenir le show aux 8 millions de téléspectateurs. 



Une première catastrophique. Présentée par Guy Lux, l’émission intitulée “C’est demain 87”, proposée sur FR3, est un désastre. À l’heure des résultats, le préposé aux votes, installé au standard d’Europe 1, s’emmêle les pinceaux entre les différentes dauphines. En direct, il appelle Guy Lux à "attendre" le temps d’un recomptage des votes puis fait remettre l’écharpe de deuxième dauphine à Miss Réunion avant de la lui retirer.



De quoi provoquer la colère de l’animateur et d’une des dauphines qui quitte le plateau en hurlant. Après d’interminables minutes d’hésitation, Nathalie Marquay, Miss Alsace, est couronnée sous les huées de la salle. Le visage fermé, elle laisse apparaître sa joie gâchée. 

Un show dès 1988. Après cette déconfiture, Guy Lux ne rempile pas. Pour Miss France 1989, FR3 fait appel à Sacha Distel. La soirée se veut glamour, mais pas encore sexy. Les Miss font leur entrée en costume traditionnel pour des défilés autour des stars du Top 50 comme Florent Pagny, Jean-Luc Lahaye et Alain Souchon. 

Après un malaise mémorable à l’annonce de son nom, Miss Aquitaine reçoit quelques cadeaux : une voiture et… un vison ! Côté moyens, avec une co-production FR3 / Comité Miss France, le curseur se situe loin des Sacrée Soirée et Champs-Elysées de la même époque. Pas de déplacement en régions, le tournage a lieu en Ile-de-France jusqu’en 1994. 

À LIRE AUSSI : "Miss France, un appartement, une voiture et même un salaire !"

L’effet TF1. En décembre 1995, Miss France migre sur la Une. L’émission hérite d’une délocalisation à Lille et d’un nom qui a fait la gloire des prime-time de TF1 : Jean-Pierre Foucault. À la réalisation, Gilles Amado : celui qui signait l’image de l’émission Les années tubes intervient dans la conception du show avec la famille Fontenay. La "patte" de la télé privée investit aussitôt le concours : le nom des sponsors est cité dans le lancement de Jean-Pierre Foucault et les Miss sont envoyées dans les îles pour leurs portraits. 



Hashtag Miss France. L'édition 2014 qui aura lieu samedi marque, un peu tardivement, l’entrée du concours Miss France dans l’ère numérique. Produite par Endemol, la soirée des Miss est désormais largement "teasée" sur les réseaux sociaux, à la manière d’un Secret Story. 

Un mini-site, sur le portail TF1, propose des portraits vidéos de chaque miss et un classement non décisif à base de “likes” Facebook. Un jeu Twitter propose de recevoir, directement par tweet, un autographe instantané de chaque miss. Chaque reine de beauté dispose également d’un compte officiel. De quoi faire oublier les nombreuses impostures en ligne qui avaient suivi l’élection de Flora Coquerel l’an dernier… 

>> Pourquoi Miss France et le Téléthon sont toujours diffusés le même soir ?



VIDEO - Pourquoi Miss France et le Téléthon...par Europe1fr