Cauet fait sa rentrée sur Virgin Radio : "on va miser surtout sur des conneries !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Mardi 29 août, Cauet va lancer sa nouvelle émission sur Virgin Radio "Cauet/" (lire Cauet s'lâche) dans laquelle il sera entouré d'une bande avec laquelle il a bien l'intention de "créer l'événement tous les jours".

L'animateur Sébastien Cauet fera sa rentrée le 29 août sur Virgin Radio (du groupe Lagardère également propriétaire d'Europe 1), après sept ans de collaboration avec NRJ. Son émission, Cauet/ (lire Cauet s'lâche), sera diffusée tous les jours en direct de 18 à 21 heures. Il est venu présenter ses nouveaux projets dans Le Grand direct des médias, mardi.

Une émission centrée sur le digital pour "se marrer". Les ambitions de cette nouvelle émission ? "casser les codes de la radio et se dire qu'il faut créer l'événement tous les jours." Fort de sa communauté sur les réseaux sociaux (2,7 millions d'abonnés sur Twitter, plus de 600.000 sur Instagram), Cauet/ sera centrée sur le digital certes, mais "on va miser surtout sur des conneries ! La base, c'est d'écouter la radio pour se marrer", rappelle l'animateur. Il compte "faire des choses encore plus visuelles parce que maintenant, la radio, on a envie de la voir."

Quant à ceux qui vont l'accompagner dans cette aventure, Cauet reste mystérieux. "Je vais avoir une bande, des gens que les auditeurs connaissent déjà et des nouveaux". Un mystère qui sera levé, comme à son habitude, sur les réseaux sociaux. "Je le dirai la veille" de la première émission, dans un Facebook Live. 

"Le projet Virgin rassemblait tout". Malgré son enthousiasme face aux nouveaux "grands défis" qu'il va devoir relever sur Virgin Radio, Cauet admet que son départ de NRJ a été un peu brutal. "Dans ce métier, il faut être très bête pour se quitter en mauvais termes. NRJ m'a déjà viré deux fois et réemployé trois fois. Et je crois qu'ils ont mis tous les moyens pour que je reste, mais on avait des divergences", explique-t-il.

Cauet voulait un contrat d'un an seulement, NRJ voulait le garder pendant encore deux saisons. "J'avais pas forcément les projets qui me faisaient rêver. C'est vrai que la rupture a été brutale, mais 24 heures plus tard j'avais pas mal de propositions sur mon bureau, qui n'étaient pas toutes de la radio et qui m'ont surpris." Mais "je trouvais que tant humainement que dans le projet Virgin rassemblait" tout ce qu'il recherchait.