Pas de retour de la pub après 20h : TF1 et M6 s'envolent en Bourse

  • A
  • A
Pas de retour de la pub après 20h : TF1 et M6 s'envolent en Bourse
Partagez sur :

Les titres de TF1 et M6 grimpaient lundi matin à la Bourse de Paris après l'arbitrage du gouvernement sur la publicité, qui ne reviendra finalement pas après 20h sur les chaînes de France Télévisions.

Les téléspectateurs ne sont pas les seuls à se réjouir de l'arbitrage du gouvernement qui maintient l'interdiction de diffuser des publicités après 20 heures sur les chaînes du service public. Les titres de TF1 et M6 ont grimpé lundi matin à la Bourse de Paris après l'arbitrage du gouvernement sur la publicité, qui ne reviendra finalement pas après 20 heures sur les chaînes de France Télévisions.

Lobbying des médias privés contre le retour de la pub. Peu avant 10 heures, l'action TF1 prenait 6,73% à 13,63 euros tandis que le titre M6 progressait de 3,21% à 17,52 euros dans un marché en hausse de 0,86%. La ministre de la Culture Fleur Pellerin a annoncé au Journal du Dimanche que le gouvernement avait choisi au terme d'un arbitrage interministériel de plusieurs semaines de ne pas réintroduire la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques et d'augmenter légèrement la redevance. Les médias privés avaient fait un intense lobbying la semaine passée contre le retour de la pub en soirée sur France Télévisions.

Renflouer les caisses publiques en taxant les entreprises. Il s'agit d'une "bonne nouvelle pour TF1 et M6", souligne le courtier Gilbert Dupont, qui estimait "le risque beaucoup plus important pour une chaîne comme TF1 qui se serait confrontée à une programmation très similaire comparée à France 2". "Par ailleurs, la chaîne France 3 diffuse sur cette tranche horaire son émission phare 'Plus belle la vie' qui enregistre de très bons scores d'audience et qui aurait pu constituer une alternative crédible pour les annonceurs face à M6", poursuit le courtier.

Pour renflouer le budget des chaînes publiques, le gouvernement a choisi de taxer les entreprises en augmentant, "à la marge, la taxe que paient les opérateurs d'accès à Internet", tels qu'Orange (+0,36% à 13,85 euros), Numericable-SFR (+0,55% à 43,79 euros), Bouygues Telecom (filiale de Bouygues, 0,46% à 34,09 euros) et Free (filiale d'Iliad, +0,91% à 194,65 euros).